L'accusée du meurtre  de Monique Lejeune acquittée

le
0
Son «indifférence» pour la victime, une griffure au bras et un mensonge finalement avoué n'ont pas suffi à condamner Béatrice Matis, qui demeure libre… et énigmatique.

«Je ne suis pas le rouleau compresseur de Béatrice Matis, proclame l'avocat général Guillaume Dupont, mais celui qui recherche la vérité judiciaire. J'ai l'intime conviction que Béatrice Matis est la meurtrière de Monique Lejeune.» La cour d'assises du Pas-de-Calais n'a pas partagé cette conviction, qui a prononcé un acquittement, mercredi, après s'être penchée pendant cinq jours sur le crime particulièrement violent - 58 coups de couteau - commis le 7 février 2003 près de Calais.

Le délibéré a été rondement mené, en deux heures. Après les interventions des deux avocates de la partie civile, Mes Matrat-Maenhout et Roy-Nansion, remarquables de retenue subtile, le ministère public s'était lancé dans une démonstration sans nuance, fondée sur une somme d'«éléments troublants». Son représentant admet que le dossier est «mal ficelé» mais, avec une habileté trop glaciale pour séduire, s'en sert comme s'il était exemplaire. Mme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant