L'accueil mitigé de "50 Shades of Grey" dans les blogs

le
0
La version française 'Cinquante nuances de Grey' sort le 17 octobre en France. All Rights Reserved
La version française 'Cinquante nuances de Grey' sort le 17 octobre en France. All Rights Reserved

(Relaxnews) - Véritable phénomène littéraire dans les pays anglo-saxons, la trilogie 50 Shades of Grey, (Cinquante nuances de Grey en français) sort en français le 17 octobre prochain chez JC Lattès.

En Grande-Bretagne, la trilogie a détrôné Harry Potter et Da Vinci Code, devenant ainsi le livre le plus vendu au Royaume de Sa Majesté, selon Nielsen Bookscan. Pour l'association des éditeurs américains, le succès de Fifty Shades of Grey a véritablement dopé le marché des livres aux Etats-Unis, avec une hausse notable de 10% des ventes en avril. La trilogie a d'ores et déjà dépassé les quarante millions d'exemplaires dans le monde. Et on peut penser que le public français confortera ses ventes, lors de la sortie du premier volet dans la langue de Molière.

Du côté d'internet et des blogs, l'arrivée de cette trilogie suscite des commentaires passionnés. Les lecteurs de la version originale ne sont pas restés indifférents face à ce best-seller mondial. Certains ont adoré, d'autres détesté. La nuance a peu de place au royaume de 50 Shades of Grey.

Coups de coeur

Les fans de Twilight se sont naturellement penchés sur le cas d'Anastasia en lisant l'ouvrage d'E.L. James. Le roman est en effet une fanfiction, inspirée des héros de Twilight, Bella et Edward. Sur le blog "Dans notre petite bulle" (twilight-teamsuisse.blogspot.fr), la fan de la série de Stephenie Meyer écrit : "Si ce livre contient de très nombreuses scènes de sexe très explicites, ce livre n'est pas QUE érotisme, pratiques sexuelles tendancieuses et petites culottes humides, non non non, il y a une vraie histoire, une vraie romance, de vrais personnages charismatiques, et aussi des papillons dans le ventre, que ce soit pour Anastasia, ou pour nous... Surtout que le roman est à la première personne, donc nous sommes dans la tête d'Ana, et c'est souvent très drôle ! Mais aussi très émouvant..." Pour cette lectrice, "Cette saga est vraiment addictive, et c'est un énorme coup de coeur".

De son côté, une lectrice qui se fait appeler sur la toile Pretty Little Truth écrit sur son blog (prettylittletruth.wordpress.com) qu'elle a apprécié le livre, malgré les longueurs. "Ce roman change beaucoup des livres que j'ai l'habitude de lire. Le côté érotique n'est en fait pas tellement présent. Par exemple, pas de scènes de sexe avant les 150 pages, et quelques-unes par-ci par-là, mais pas non plus des tonnes et des tonnes, ce qui est bien." L'exécutive Pétasse, de son côté, qui écrit dans le blog "Arsenic et petites culottes" (http://arsenicetpetitesculottes.com), a "beaucoup aimé" le livre même si "on peut dire que l'auteur E.L. James fait vraiment le grand écart entre la mièvrerie vampiresque de Stephenie Meyer et la prose d'un Sade en petite forme".

Coups de griffe

D'autres internautes ont été très déçus par 50 Shades of Grey. Pour Little Caro in Big Apple (Blog : littlecaroinbigapple.blogspot.fr), cette trilogie s'avère "pire que Marc Levy et Guillaume Musso réunis, pire qu'un roman rose de la collection Harlequin". La blogueuse, qui ne mâche pas ses mots, déconseille clairement la lecture du livre. "50 Shades of Grey est une sorte de version salée de Twilight (là, j'aurais dû vraiment me méfier!) les histoires neuneus de vampires mises gentiment à la sauce sado maso, je souligne deux fois le gentiment car il n'y a vraiment pas de quoi faire rougir dans les foyers, on s'endormirait presque pendant les scènes 'hot'".

Mademoiselle Catherine (blog : Mademoisellecatherine.blogspot.fr) confirme elle-aussi cette déception des lectrices et lecteurs de la trilogie. Pour la blogueuse, l'histoire se rapproche davantage d'un livre de la collection Harlequin que de la réalité : "E.L. James semble avant tout prendre ses désirs de desperate housewife pour des réalités et n'est de toute évidence pas du tout au fait des us et coutumes extrêmement codifiés qui sont d'application dans les milieux sadomasochistes".

Outre la déception face au style et à l'histoire, la blogueuse Deedee (site : deedeeparis.com) souligne la vision négative des femmes portée par ce roman. "Je ne vous joue pas le couplet de la féministe engagée, mais quand même... il y a ce je ne sais quoi de totalement dérangeant sur la vision des femmes induite par ce livre. L'étudiante en littérature et par ailleurs niaise comme pas deux et globalement décérébrée, la mère de la cruche remariée 3 fois (mais c'est normal, on est aux US !), la vierge qui découvre l'amour, les clichés, là encore, sur la gent féminine".

Les lecteurs et lectrices pourront se faire leur propre idée rapidement, puisque le livre sera disponible en librairie dès le 17 octobre en version française. Le magazine Grazia publie par ailleurs cette semaine des extraits exclusifs de cette traduction tant attendue.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant