L'accueil des réfugiés ne pénalisera aucune politique-Sapin

le
0

(Actualisé avec citations d'Emmanuel Macron) PARIS, 8 septembre (Reuters) - L'accueil de 24.000 réfugiés en France sur deux ans coûtera "quelques millions d'euros" et ne se fera pas au détriment d'une autre politique, a déclaré mardi le ministre des Finances, Michel Sapin. François Hollande a annoncé lundi que la France accueillerait ce quota de réfugiés dans le cadre du nouveau plan de répartition que la Commission européenne s'apprête à proposer. ID:nL5N11D1H3 "C'est une question de quelques millions" d'euros, a dit Michel Sapin sur BFM TV et RMC. "Ça n'a rien à voir avec des enjeux globaux qui sont ceux de l'équilibre du budget de l'Etat et des collectivités locales, c'est totalement à la mesure de ce que nous pouvons faire et ça ne se fera pas au détriment d'une autre politique." Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a quant à lui estimé que l'accueil de réfugiés pouvait être "gagnant-gagnant". "Ils viennent avec de l'expérience et des qualifications", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Tel Aviv (Israël) mardi. "Ils sont un devoir et une grande opportunité." Sans attendre l'adoption du plan de répartition européen, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé que 1.000 demandeurs d'asile seraient accueillis en urgence en France pour soulager l'Allemagne. ID:nL5N11D36I Voir aussi : LE POINT sur les divisions européennes face à l'arrivée des réfugiés ID:nL5N11B061 (Chine Labbé, avec Tova Cohen à Tel Aviv, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux