L?accord sur les quotas de pêche européens déçoit

le
0
Les associations de protection de l?environnement auraient souhaité un texte plus ambitieux.
Les associations de protection de l?environnement auraient souhaité un texte plus ambitieux.
Ce n'est pas en 2013 que la pêche durable triomphera?
La commissaire européenne à la Pêche Maria Damanaki est une femme ambitieuse, déterminée, sûre de son fait et qui ne manque pas d'idées pour tenter de freiner l'épuisement des ressources halieutiques, considérant à juste titre que le déclin de la biodiversité marine ne fait au bout du compte les affaires de personne. Instauration d'un permis à points pour les bateaux, interdiction des rejets en mer de poissons morts, mesures générales pour favoriser le développement de la pêche durable : résolument progressiste et pragmatique, sa vision est peu ou prou celle des associations de protection de l'environnement.
C'est toutefois sans compter sur les professionnels de la pêche et les ministres continentaux, qu'on ne saurait diaboliser, mais qui, d'une façon générale, veulent en priorité défendre les intérêts économiques de la filière à court terme, à plus forte raison dans ce contexte de crise économique aigue. Ces logiques s'affrontent depuis maintenant des années, d'où des accords qui ne satisfont pleinement aucun des deux partis. Portant sur les quotas de captures en mer du Nord et dans l'Atlantique pour l'année 2013, celui que les ministres de la Pêche de l'Union Européenne (UE) viennent de conclure ne fait hélas pas exception à la « règle », indépendamment des déclarations officielles.
Signé jeudi dernier, le texte est en effet « nettement moin
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant