L'accord sur Chypre inquiète les marchés

le
0
Un vent de panique a soufflé lundi lorsque le nouveau patron de l'Eurogroupe a qualifié l'accord sur Chypre de «cas d'école» avant de se reprendre et d'évoquer un «cas spécifique».

Sa sincérité l'honore, mais elle afflige les marchés. Le nouveau patron de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a effrayé les investisseurs, qui s'étaient réveillés d'un bon pied lundi matin, en affirmant que l'accord sur Chypre pourrait «faire école» dans la zone euro. Avant de se reprendre en fin de journée, devant l'ampleur des réactions sur les marchés. «Chypre est un cas spécifique, les solutions retenues ne sont pas un modèle», a-t-il affirmé.

Il n'empêche. Ses propos au Financial Timeset à Reuters ont été interprétés comme la nouvelle doctrine européenne en matière de résolution des crises bancaires. «Si une banque à risque ne peut pas se recapitaliser elle-même, alors nous discuterons avec les actionnaires et les créanciers obligataires, nous leur demanderons de ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant