L'accord PS-EELV provoque la colère de Delanoë et Collomb

le
1

PARIS (Reuters) - Le volet électoral de l'accord conclu entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts pour 2012 fait bondir Bertrand Delanoë et Gérard Collomb, qui se voient imposer dans leur ville des circonscriptions dévolues aux écologistes.

Ainsi, Cécile Duflot, secrétaire nationale d'EELV, a annoncé mercredi dans Le Parisien-Aujourd'hui en France sa candidature à Paris pour les élections législatives, après avoir envisagé aussi le Val-de-Marne.

Soutenue notamment par Martine Aubry, elle a porté son choix sur le 6e circonscription, à cheval sur le 11e et le 20e arrondissements, qui est détenue depuis 2002 par la socialiste Danièle Hoffman-Rispal.

"Les militants m'ont donné envie de cette aventure parisienne. J'aime Paris et je sais que la parole des écologistes y est fortement entendue", explique-t-elle.

Furieux, le maire de Paris Bertrand Delanoë a dénoncé des "parachutages" et des "tripatouillages" dans un accord qui réserve 60 circonscriptions aux écologistes, et qui a été validé mardi soir par 33 voix contre cinq par le bureau national du PS, dans une ambiance tendue.

"Ça a été voté, mais ma liberté reste entière", a-t-il prévenu.

Il s'est élevé contre des "répartitions de circonscriptions assez cocasses" qui ne peuvent "pas convenir aux socialistes parisiens".

Et Danièle Hoffman-Rispal annonce sur le site de L'Express (www.lexpress.fr) qu'elle se battra pour conserver son siège contre un parachutage "inacceptable et immoral".

"Europe Ecologie-Les Verts en avait fait un casus belli. Cécile Duflot voulait absolument venir ici car elle sait que cette circonscription est assurée de rester à gauche", affirme-t-elle.

DUFLOT VEUT "RASSURER TOUT LE MONDE"

Bertrand Delanoë, qui avait fait campagne pour Martine Aubry lors de la primaire d'investiture socialiste, craint en outre que l'ambitieuse Cécile Duflot ne pense déjà à l'élection municipale de 2014 pour laquelle il a clairement désigné sa dauphine, sa première adjointe Anne Hidalgo.

Le président de la commission des Finances de l'Assemblée Jérôme Cahuzac, un proche de François Hollande, a estimé sur i>télé "qu'il y aurait eu plus d'honneur pour elle à aller conquérir une circonscription sur la droite, plutôt que d'en mériter une à coup sûr".

"Je veux rassurer tout le monde", réplique Cécile Duflot dans Le Parisien.

"L'état d'esprit dans lequel je veux être candidate est constructif et rassembleur. La gauche gagne dans sa diversité. Quant au parachutage, ça me fait sourire. Il suffit de prendre le RER et le bus pour aller de Villeneuve-Saint-Georges (où elle réside-NDLR) à Paris", ajoute-t-elle.

A Lyon, deux circonscriptions (la première et la neuvième) que briguaient le PS reviennent aux écologistes contre l'avis du maire Gérard Collomb.

La première (5e arrondissement, une partie des 2e, 7e et 9e), actuellement détenue par l'UMP Michel Havard, est réservée au vice-président du conseil régional de Rhône-Alpes, Philippe Meirieu, qui a adhéré à EELV en 2009.

Gérard Collomb l'avait promise à son adjoint aux Sports, le radical de gauche Thierry Braillard. Le maire de Lyon souligne dans un communiqué n'avoir "jamais imaginé que M. Meirieu puisse prétendre représenter Lyon".

"J'ai en effet suivi d'assez près les votes qu'il émettait à la Région. Voter systématiquement contre les subventions à toutes les grandes institutions culturelles lyonnaises, contre le financement des pôles majeurs de la recherche (...) ne me semble pas prédisposer à solliciter les suffrages des lyonnais", déclare-t-il.

Sophie Louet, avec Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ahariga1 le jeudi 17 nov 2011 à 07:38

    Ils devraient savoir ce qu'a dit un 1er Ministre: "un Ministre çà ferma sa g.... ou çà démissionne".Ils dvraient se l'appliquer; les membres du Parti socialiste font l'expérience de la FERMETE de Hollande et de la validité d'une parole politienne donnée.