L'accord pour libérer les lycéennes nigérianes vaut toujours-Tchad

le
0

N'DJAMENA, 24 octobre (Reuters) - Les autorités tchadiennes estiment que l'accord secret conclu entre les autorités du Nigeria et les islamistes de Boko Haram pour la libération des quelque 200 lycéennes enlevées en avril dernier dans le nord du Nigeria tenait encore malgré la rupture de la trêve. Depuis l'annonce de cet accord, conclu sous la médiation du Tchad, la semaine dernière, des doutes sont apparus. Le cessez-le-feu, présenté comme partie intégrante de l'accord, a été violé et un nouvel enlèvement de 25 jeunes filles vient d'avoir lieu. ID:nL6N0SI5H5 Selon Moussa Mahamat Dago, le numéro deux du ministère tchadien des Affaires étrangères, il est apparu que certains sous-groupes de Boko Haram refusaient de respecter l'accord, qui a été conclu lors de deux réunions les 14 et 30 septembre au Tchad sous l'égide du ministère tchadien des Affaires étrangères en présence de deux représentants de Boko Haram et de deux négociateurs nigérians. "Il est tout à fait possible que ceux qui combattent soient des dissidents que même eux ne sont pas capables de contrôler. Pour l'instant, il n'y a pas de raison (...) de douter de cet accord", a déclaré jeudi soir à Reuters Moussa Mahamat Dago, numéro deux du ministère tchadien des Affaires étrangères. "Ce que je peux dire est que ceux qui ont négocié avec le gouvernement nigérian l'ont fait de bonne foi (...) Nous attendons la prochaine phase qui est la libération des filles." Les deux parties se sont mises d'accord verbalement sur une série de points résumés dans un document que Moussa Mahamat Dago a pu voir, avec notamment la libération des lycéennes et d'un certain nombre de combattants de Boko Haram. Le numéro deux du ministère tchadien des Affaires étrangères a précisé que le nombre et l'identité des combattants n'avaient pas été spécifiés. (Emma Farge; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Pierre Sérisier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant