L'accord entre DSK et Diallo "facile" à trouver, dit le juge

le
1
L'ACCORD ENTRE DSK ET NAFISSATOU DIALLO A ÉTÉ FACILE À TROUVER, SELON LE JUGE
L'ACCORD ENTRE DSK ET NAFISSATOU DIALLO A ÉTÉ FACILE À TROUVER, SELON LE JUGE

PARIS (Reuters) - L'accord conclu entre Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo pour mettre un terme aux poursuites pour agression sexuelle lancées contre l'ancien directeur général du FMI a été "facile" à trouver, a déclaré le juge américain Douglas McKeon.

Les détails de cet accord à l'amiable conclu lundi devant la Cour suprême de l'Etat de New York, y compris le montant de l'indemnisation que Dominique Strauss-Kahn versera à la femme de chambre guinéenne du Sofitel, ne seront pas rendus publics.

"Il a été facile de trouver un accord", a dit à RTL le magistrat, qui raconte avoir fait venir Nafissatou Diallo dans son bureau en mai dernier pour évoquer l'option d'un accord.

"Elle était silencieuse et n'avait pas confiance" dans le système judiciaire, explique Douglas McKeon, qui indique avoir à l'époque passé "de longues heures" à discuter avec elle en présence de ses avocats.

Mais les avocats des deux camps se sont vus lundi pendant 45 minutes à peine avant l'audience. Nafissatou Diallo "a retenu ses larmes, mais n'a pas pu les retenir plus longtemps" une fois l'accord conclu, raconte Douglas McKeon.

"Ce n'est pas quelque chose que nous faisons souvent (des accords secrets). Ce n'est pas quelque chose que j'encourage. Mais dans ce cas, j'ai été convaincu que dévoiler le montant de l'accord au monde entier était nuisible à Mademoiselle Diallo", a-t-il déclaré.

"Si vous touchiez beaucoup d'argent, vous n'auriez pas forcément envie que tout le monde autour de vous connaisse la somme, ni les détails de l'accord. Elle avait des inquiétudes légitimes".

"SOULAGÉ"

Dominique Strauss-Kahn, qui est aujourd'hui âgé de 63 ans, avait admis une "relation inappropriée" et une "faute morale", mais démenti toute contrainte ou violence.

L'affaire lui a coûté son poste à la tête du Fonds monétaire international et ruiné ses chances de participer à l'élection présidentielle française du printemps 2012.

Selon la vice-présidente du Conseil régional d'Ile-de-France et proche de l'ancien ministre socialiste, Michèle Sabban, Dominique Strauss-Kahn est "soulagé".

"Il avait vraiment envie de tourner cette page-là et se projeter sur autre chose. Je crois qu'il a envie qu'on lui fiche la paix pour l'instant pour pouvoir se reconstruire", a-t-elle déclaré sur Canal+.

Interrogée sur un éventuel retour en politique de "DSK", elle a répondu : "Lui ne le souhaite plus. Je crois que Dominique est sur autre chose, il fait beaucoup de choses internationales, européennes".

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a abondé dans le même sens sur RTL.

"Son intelligence est grande, je ne crois pas qu'elle soit demain au service de la politique dans notre pays, je pense qu'il a passé lui-même un nouveau cap. Je lui souhaite beaucoup de réussite dans ses futurs projets", a-t-il dit.

En France, l'ancien directeur général du FMI reste mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée" dans l'affaire du Carlton de Lille depuis mars dernier.

La cour d'appel de Douai doit se prononcer sur une demande d'annulation de cette mise en examen déposée par ses défenseurs. Les magistrats doivent se prononcer le 19 décembre.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rougegre le mardi 11 déc 2012 à 12:00

    Je croyais que c'était Anne Sinclair qui avait de l'argent à pleines brouettes ? Lui d'après nos chers médias était fauché ... D'ou vient ce pognon pour réaliser l'étouffage de cette affaire ???