L'accord de troc entre Moscou et Téhéran toujours en discussion

le
0

MOSCOU, 15 avril (Reuters) - Les entreprises russes et iraniennes négocient les termes d'un accord de troc qui n'inclura pas la fourniture de pétrole, a déclaré mercredi le ministre russe de l'Energie Alexander Novak, pour tenter de mettre fin à la confusion entourant ce projet. "Il y a des négociations entre entreprises", a expliqué Alexander Novak devant la presse. "Elles travaillent sur les modalités de l'accord. Nous ne prévoyons pas de livraisons de pétrole." "Nous ne discutons pas de la livraison de pétrole iranien (sur les marchés mondiaux). (...) Ils pourront librement fournir eux-mêmes le marché si les sanctions sont levées." Des responsables russes ont annoncé lundi que la Russie avait commencé à livrer des céréales, des biens d'équipement et des matériaux de construction à l'Iran en échange de livraisons de brut, dans le cadre d'un accord "pétrole contre nourriture". Mais sur les marchés pétroliers et céréaliers, les opérateurs n'ont noté aucune transaction de ce type. Certains ont suggéré qu'il s'agissait avant tout d'une annonce politique destinée à marquer la volonté de Moscou de resserrer ses liens avec Téhéran après l'accord-cadre de Lausanne sur le nucléaire iranien, conclu le 2 avril dernier. Ce document doit se concrétiser d'ici à la fin juin par un accord définitif visant à strictement encadrer les activités nucléaires ligitieuses de l'Iran en échange d'une levée des sanctions frappant Téhéran. Dans la même journée de lundi, le Kremlin annonçait la levée par Vladimir Poutine de l'interdiction de livrer à la République islamique un système de défense antimissiles S-300. ID:nL5N0XA2IT (Denis Pinchuk, Olesya Astakhova; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant