L'accord de Minsk ne saurait souffrir aucune dérogation-Hollande

le
0

PARIS, 2 mars (Reuters) - La France exige le respect du cessez-le-feu et le retrait des armes lourdes dans l'est de l'Ukraine, où l'accord de Minsk ne doit souffrir aucune dérogation, a déclaré lundi François Hollande. La poursuite des combats entre Ukrainiens et séparatistes pro-russes en Ukraine orientale "doit nous convaincre une fois de plus que l'accord de Minsk doit être la seule base possible pour rétablir la paix", a dit le président français lors d'une déclaration à l'Elysée aux côtés du secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. François Hollande a demandé une fois de plus le respect de l'accord de Minsk "dans son intégralité, dans son immédiateté et dans sa fermeté." "Nous ne devons pas tolérer la moindre dérogation et il doit y avoir un cessez-le-feu respecté et le retrait des armes lourdes", a-t-il ajouté. Jens Stoltenberg a souligné que le cessez-le-feu demeurait "fragile", mais, a-t-il ajouté, "il semble tenir". François Hollande a confirmé qu'il aurait un entretien téléphonique lundi soir avec les dirigeants d'Ukraine, de Russie, d'Allemagne. L'échange est programmé à 19h00 GMT, selon Moscou. Angela Merkel et François Hollande ont âprement négocié avec les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko les accords de paix de Minsk-2, qui sont entrés en application le 15 février. (Elizabeth Pineau et Julien Ponthus, édité par Sophie Louet)
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant