L'accord de compétitivité signé chez Renault

le
0
RENAULT OFFICIALISE L?ACCORD DE COMPÉTITIVITÉ POUR SES USINES FRANÇAISES
RENAULT OFFICIALISE L?ACCORD DE COMPÉTITIVITÉ POUR SES USINES FRANÇAISES

PARIS (Reuters) - Renault a signé mercredi avec trois syndicats sur quatre son accord de compétitivité qui prévoit une plus grande flexibilité et une réduction des effectifs en échange d'une préservation de la production en France.

Le groupe automobile, qui en escompte 500 millions d'euros d'économies par an au total, a annoncé qu'un observatoire de suivi, composé de trois représentants de chaque organisation syndicale signataire, serait mis en place pour veiller à la bonne application des mesures de l'accord, qui court jusqu'en 2016.

"Cet accord est l'aboutissement de près de neuf mois de discussions puis de négociations avec les organisations syndicales, ayant permis de trouver ensemble des solutions structurelles et durables pour faire face à un marché automobile européen en mutation", s'est félicité Renault dans un communiqué.

Le texte définitif avait été soumis mardi aux représentants des salariés en comité central d'entreprise et lors de comités d'entreprise des filiales.

Les syndicats CFDT, CFE-CGC et FO, représentant 64% des salariés, avaient déjà annoncé la semaine dernière leur intention d'accepter l'accord. La CGT a refusé de s'y associer.

"Cet accord marque le retour industriel de Renault en France", a estimé le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, dans un communiqué.

Le porte-parole de la CFDT Fred Dijoux a de son côté déclaré qu'il représentait "l'équilibre qui était nécessaire pour améliorer la compétitivité et sauvegarder l'avenir du tissu industriel en France".

L'accord, qui vise à rapprocher la compétitivité des usines françaises de Renault de celle des sites espagnols du groupe, prévoit notamment un allongement du temps de travail, un gel des salaires cette année et 7.500 départs nets sans plan social.

PLUS DE 85% D'UTILISATION DES CAPACITÉS

En échange, Renault s'est engagé à maintenir l'activité dans tous ses sites français pendant la durée de l'accord et à leur attribuer des volumes de production supplémentaires, portant sur 80.000 véhicules par an, pour le compte de ses partenaires Nissan et Daimler.

"Avant la fin de l'année 2013 et probablement en partie avant l'été, on pourra dévoiler une partie ou tout de ses 80.000 voitures, les sites, les productions et les marques qui sont concernées", a déclaré le PDG de Renault Carlos Ghosn lors d'une conférence de presse consacrée à la signature de l'accord.

La production annuelle du groupe en France s'en trouvera accrue de 180.000 véhicules, pour atteindre 710.000 véhicules environ en 2016.

Cela "portera le taux d'utilisation global des sites français à plus de 85% et assurera une visibilité sur l'activité de l'ensemble des sites français jusqu'au-delà de 2016 voire de 2020", a précisé Renault dans son communiqué.

Dans une interview aux Echos, le PDG Carlos Ghosn a fait valoir que l'accord permettrait de réaliser au total 500 millions d'euros d'économies par an.

Parallèlement, le directeur général délégué aux opérations de Renault, Carlos Tavares, a annoncé que le constructeur français avait décidé de renoncer à son projet de produire une berline haut de gamme avec l'allemand Daimler, maison mère de Mercedes.

"Nous n'avons pas trouvé de modèle économique qui fonctionne", déclare le numéro deux de Renault dans une interview au Wall Street Journal publiée mercredi.

Carlos Tavares ajoute que l'abandon de ce projet dans le haut de gamme n'affecte pas la coopération de Renault avec Daimler et que le groupe va se concentrer sur l'amélioration de ses propres modèles haut de gamme.

En Bourse, l'action Renault perdait 1,6% à 53,34 euros à 14h30, JP Morgan ayant abaissé son conseil en jugeant le groupe "correctement valorisé". L'intermédiaire n'est plus à l'achat sur la valeur mais en a relevé l'objectif de cours, porté à 59 euros.

Blandine Hénault, avec Laurence Frost, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant