L'accès au site Goodyear d'Amiens-Nord bloqué

le
3
LE SITE GOODYEAR D'AMIENS-NORD BLOQUÉ PAR DES SALARIÉS
LE SITE GOODYEAR D'AMIENS-NORD BLOQUÉ PAR DES SALARIÉS

LILLE (Reuters) - Plusieurs dizaines de salariés ont bloqué lundi matin l'accès à l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, menacée de fermeture, quelques heures avant l'examen par la justice du plan de sauvegarde de l'emploi des 1.173 salariés du site.

Le tribunal de grande instance de Nanterre a mis sa décision en délibéré au 20 juin, a-t-on appris auprès du secrétariat général de la présidence.

Les salariés ont bloqué lundi matin les entrées de l'usine et du dépôt du fabricant américain de pneumatiques et ont mis le feu à un tas de pneus, a-t-on appris de source syndicale et policière. Ils ont commencé à se retirer du site en milieu d'après-midi, a-t-on précisé.

D'autres salariés avaient quitté Amiens en car pour se rendre devant le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) où a été étudié le plan de la direction qui a annoncé fin janvier la fermeture du site.

La direction de Goodyear a annoncé le 28 mai qu'elle n'avait pas trouvé de repreneur pour le site.

Invité sur BFM TV RMC lundi matin, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a estimé qu'il fallait se préparer au reclassement des salariés.

"Il n'y a pas de repreneur aujourd'hui. S'il s'en présente un, et nous continuons à nous battre pour qu'il y en ait, et bien nous ferons le travail", a-t-il dit.

"Mais s'il n'y a pas de repreneur et qu'on est devant un plan social, il vaut mieux se préparer dès maintenant au reclassement des salariés."

Le ministre a appelé la direction de Goodyear à assouplir les conditions pour permettre de trouver un repreneur au site.

"Ça suppose par exemple quand un repreneur se présente qu'on donne la possibilité d'user du réseau de distribution."

Selon Arnaud Montebourg, quatre repreneurs "sont repartis (...) mais les conditions strictes qui ont été faites par Goodyear étaient trop exigeantes."

Pierre Savary, avec Marine Pennetier et Chine Labbé à Paris, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • puck le lundi 3 juin 2013 à 17:52

    Content d'avoir vendu mon usine en France et d'être installé en Belgique,!

  • gmich10 le lundi 3 juin 2013 à 17:19

    Ce sont des images qui vont attirer les investisseurs étrangers !!!!

  • dumerey le lundi 3 juin 2013 à 09:16

    Que les salariés manifestent rien à dire mais qu'ils empoisonnent la planète en brulant des pneus c'est irresponsable. Il est interdit d'abandonner, de déposer dans le milieu naturel ou de brûler à l'air libre les pneumatiques. Les opérations d'élimination des pneumatiques usagés sont régies par les dispositions du présent décret, à l'exception de celles concernant les pneumatiques équipant ou ayant équipé les cycles et cyclomoteurs définis à l'article R. 311-1 du code de la route.