L'accélération des exécutions capitales en Irak inquiète l'Onu

le
0
    BAGDAD, 1er août (Reuters) - Le Haut Commissaire de l'Onu 
pour les droits de l'homme s'est inquiété lundi de la volonté du 
gouvernement irakien d'accélérer l'exécution des condamnés à 
mort à la suite de l'attentat qui a fait 324 morts le 3 juillet 
à Bagdad. 
    "Trop facile de tolérer que de telles atrocités attisent les 
feux de la vengeance, mais la vengeance n'est pas la justice",  
a souligné Zeid Ra'ad al-Hussein dans un communiqué. 
    "Compte tenu de la faiblesse du système judiciaire irakien, 
et du climat actuel en Irak, je suis gravement préoccupé par le 
fait que des innocents pourraient avoir été et continuer d'être 
condamnés et exécutés", poursuit-il. 
    Zeid s'appuie sur des missions de surveillance de l'Onu qui 
ont conclu à un défaut constant de respect des normes des 
procédures judiciaires et du droit à un procès équitable en 
Irak, pointant notamment l'utilisation d'aveux obtenus sous la 
torture.  
    A la suite de l'attentat du 3 juillet revendiqué par 
l'organisation Etat islamique (EI) dans le quartier de Karrada, 
le plus meurtrier jamais commis à Bagdad depuis l'invasion 
militaire américaine de 2003, le Premier ministre, Haïdar al 
Abadi, a ordonné une enquête sur les reports d'exécution des 
prisonniers condamnés à mort pour terrorisme. 
    On estime à 1.200 le nombre de condamnés à mort attendant 
actuellement en Irak l'exécution de leur peine. 
 
 (Saif Hameed; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant