«L'accalmie reste fragile» en Europe

le
0
INTERVIEW - Pour le codirecteur de la recherche économique de Goldman Sachs, la reprise économique sera très lente et impossible à garantir sans la poursuite de politiques monétaires accommodantes sur une longue période.

LE FIGARO. - Les mesures prises par la BCE permettent-elles d'envisager la fin de la crise?

Dominic WILSON. - L'Europe a réalisé d'importants progrès en termes de politique économique au cours des derniers mois, notamment grâce aux décisions de la BCE de mettre en place son programme OMT de rachat de dette à court terme. Les marchés ont relâché leur pression sur la dette des pays périphériques, mais il ne faut pas se leurrer: s'ils se rendent compte que les gouvernements relâchent eux aussi leurs efforts, les tensions repartiront aussitôt. L'accalmie reste fragile, d'autant que les investisseurs attendent désormais que l'Espagne appelle officiellement ses partenaires à l'aide. Si elle ne le fait pas, les taux grimperont très vite.

Entre relance et rigueur que faut-il faire?

Sans aller jusqu'à pratiquer une relance à outrance, il faut surtout veiller à ne pas retirer les mesures de soutien - en particulier monétaires - trop tôt, le temps que l'économie se remette

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant