L'abus sexuel d'enfant en ligne parmi les cybercrimes en hausse

le
0
L'abus sexuel d'enfant en ligne parmi les cybercrimes en hausse
L'abus sexuel d'enfant en ligne parmi les cybercrimes en hausse

L'abus sexuel d'enfant en ligne et le harcèlement sexiste, ou "revenge porn", sont en hausse sur internet, a averti mercredi Europol, soulignant que les enfants vulnérables étaient de plus en plus victimes de prédateurs sexuels."La maltraitance d'enfant en direct à distance est une menace grandissante", a indiqué l'Office européen des polices dans son dernier rapport annuel sur l'évaluation de la menace du cybercrime organisé.Ce genre de crime diffusé en flux continu "implique un agresseur dirigeant l'abus en direct à un moment spécifique pré-établi à travers des plateformes de partage vidéo", a précisé Europol dans son rapport de 72 pages."L'abus peut être +adapté+ aux exigences du ou des criminel(s) solliciteur(s) et enregistré", a ajouté l'office basé à La Haye.De manière générale, "le cybercrime par son ampleur, les différents secteurs qu'il touche et ses dommages humains et matériels", selon un communiqué d'Europol, "a atteint des niveaux très élevés".Les activités les plus illégales se déroulent sur le "darknet", partie obscure d'internet cryptée et non référencée dans les moteurs de recherche classiques qui offre un plus grand degré d'anonymat à ses utilisateurs.Alors que les groupes responsables d'abus d'enfant en direct étaient autrefois davantage basés en Asie du Sud-Est, particulièrement aux Philippines, "ce phénomène s'étend maintenant à d'autres pays"."Les régions du monde aux niveaux élevés de pauvreté, aux mesures de protection des mineurs limitées et au contact aisé avec les enfants sont ciblés par les malfaiteurs", a précisé l'Office européen des polices, sans toutefois citer de pays en particulier.D'après Steven Wilson, responsable du centre de cybercriminalité d'Europol (EC3), les enquêteurs remarquent également une hausse du "revenge porn", qui consiste à diffuser publiquement sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant