L'ABE pérennise ses exigences prudentielles sur les banques

le
0
L'ABE PÉRENNISE SES EXIGENCES PRUDENTIELLES SUR LES BANQUES
L'ABE PÉRENNISE SES EXIGENCES PRUDENTIELLES SUR LES BANQUES

par Huw Jones et Steve Slater

LONDRES (Reuters) - L'Autorité bancaire européenne (ABE) a annoncé mercredi que les banques de l'Union européenne devraient maintenir un ratio de fonds propres "core tier 1" de 9% pour une période illimitée afin de les protéger des effets de la crise de la dette souveraine.

L'ABE a ajouté que le "coussin de capital" ("buffer") destiné à couvrir spécifiquement leur exposition à la dette souveraine resterait également en vigueur pour une période illimitée.

Dans son rapport définitif sur la recapitalisation de 71 banques européennes, elle ajoute que les banques sont désormais en meilleure position pour financer l'économie réelle et qu'elles ont levé 205 milliards d'euros de capital entre janvier et juin pour tenter de faire face à la crise de la dette en zone euro.

Plusieurs banques jugent que les exigences prudentielles, combinées à d'autres restrictions imposées par les autorités de régulation depuis le déclenchement de la crise du crédit, limitent leur capacité à prêter aux entreprises et aux ménages.

Les ratios de capitaux "core tier 1" sont néanmoins perçus par les marchés comme un indicateur-clé de la santé financière des établissements bancaires.

Beaucoup de ces établissements ont vu leurs ratios de solvabilité financière fortement diminuer avec la crise du crédit qui a démarré en 2007, rapidement suivie par celle de la dette souveraine en zone euro.

"Les banques européennes ont réalisé des progrès significatifs dans l'amélioration de la position de leurs capitaux et dans le renforcement des capacités de résistance de l'ensemble du système bancaire européen", a déclaré dans un communiqué le président de l'ABE Andrea Enria.

En janvier, de nouvelles normes prudentielles entreront en vigueur, connues sous le nom de Bâle III. Elles exigeront que les banques disposent d'un "coussin" représentant un minimum de 7% de fonds propres.

Les règles de Bâle, plus restrictives dans le définition de la composition des coussins, auront pour conséquence que certaines banques, qui détiennent déjà un ratio Core Tier 1 de fonds propres de 9%, devront trouver de nouveaux capitaux pour s'y conformer.

Ces règles seront toutefois misent en application progressivement au cours des six prochaines années.

Un total de 27 banques qui n'ont pas atteint le ratio de 9% exigé par l'ABE ont levé 116 milliards d'euros, a dit l'autorité.

Ce montant comprend les liquidités injectées dans le secteur grec et dans la banque régionale Bankia en Espagne.

D'autres banques, à qui l'on avait pas demandé de lever de nouveaux capitaux, ont réuni 47 milliards d'euros supplémentaires, a précisé l'ABE.

Dans un communiqué séparé, l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) a confirmé que les quatre principales banques françaises affichaient des ratios de capitaux propres supérieurs à 9%, conformément à ce que ces établissements avaient eux-mêmes communiqué lors de la publication de leurs résultats trimestriels en août dernier.

BNP Paribas affiche ainsi un ratio "core tier one" de 10,9% à fin juin 2012. Celui du groupe Crédit agricole ressort à 10,7%. Ce ratio est de 10% pour BPCE (Banque populaire - Caisse d'épargne) et de 9,9% pour la Société générale.

Juliette Rouillon, Nicolas Delame et Matthieu Protard pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant