L'abbé Naismith

le
0
L'abbé Naismith
L'abbé Naismith

Tradition immuable depuis plus d'un siècle, le Boxing Day est historiquement le jour où l'on distribue des cadeaux aux plus pauvres. Si le rite s'est perdu avec le temps au profit d'une fête plus commerciale, certains hommes tentent encore d'offrir de leur temps aux plus démunis tout au long de l'année. Loin des strass, l'attaquant d'Everton Steven Naismith a décidé de tordre lui aussi le coup aux clichés entourant les footballeurs modernes.

Il y a eu les bougies durant l'audience générale hebdomadaire, la digestion du traditionnel verre de maté et un moment de communion devant 13 000 fidèles venus exclusivement pour l'occasion. Le 19 décembre dernier, le pape François fêtait au Vatican son 78e anniversaire. Pour l'événement, un grand tango a même été organisé afin d'offrir au pape une soirée mémorable. En guise de before, François a parcouru durant la soirée la capitale romaine à bord d'un minibus pour distribuer près de 400 sacs de couchage aux SDF romains. Un anniversaire où donner était plus important que recevoir, en somme. Le lendemain, à plus de 1200 miles de Rome, une autre messe se prépare. Au St Mary's Stadium de Southampton, Everton s'apprête à défier l'équipe locale qui reste sur cinq défaites de rang toutes compétitions confondues. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, les Toffees repartiront du Sud de l'Angleterre avec une défaite 3-0 dans les valises et de nombreux doutes après un début de saison en demi-teinte (11e). Sur le chemin menant au couloir des vestiaires, Steven Naismith, l'ailier écossais d'Everton, prend le temps d'un regard vers ses supporters massés dans le parcage visiteur. Des applaudissements nourris, un poing levé pour les remercier, et la tête basse, Naismith quitte la pelouse.
"C'est un petit geste, mais si je peux apporter du bonheur à ma façon."
L'image pourrait paraître anecdotique. Reste que Steven Naismith apparaît aujourd'hui comme une image, à Liverpool tout d'abord, mais aussi dans tout le royaume depuis quelques mois, à la suite d'un coup médiatique peu commun du footballeur moderne, en août dernier. Everton prépare alors sa saison et Naismith contacte en parallèle de nombreux Jobcenter - équivalent du Pôle emploi français - de Liverpool afin de venir en aide aux nombreux chômeurs de la ville. Dans les colonnes du Guardian, l'Écossais raconte alors avoir "contacté les centres pour savoir s'il pouvait offrir des places aux chômeurs de la ville qui se battaient vraiment pour trouver du travail".

La galère du marché de l'emploi, l'attaquant l'a vu dans les rues de Glasgow, lorsqu'il jouait aux Rangers, pendant de nombreuses années et dans sa ville natale de Ayrshire, dans l'Ouest de l'Écosse. "Liverpool a une histoire similaire, et j'ai un œil attentif à cette situation. Ce n'est pas toujours de leur faute, mais de...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant