L'abattoir Tilly-Sabco en cessation de paiement

le
4
CESSATION DE PAIEMENT POUR L'ABATTOIR DE POULETS TILLY-SABCO
CESSATION DE PAIEMENT POUR L'ABATTOIR DE POULETS TILLY-SABCO

RENNES (Reuters) - La direction de l'abattoir de poulets Tilly-Sabco de Guerlesquin (Finistère) a annoncé lundi qu'elle allait procéder à une déclaration de cessation de paiement de l'entreprise devant le tribunal de commerce de Brest, a-t-on appris dans un communiqué.

"Cette décision entraînera la mise en liquidation de l'entreprise du fait qu'elle n'a pas pu conduire à son terme le plan de continuation en cours", précise ce communiqué diffusé par l'entreprise à l'issue d'un comité d'entreprise.

Daniel Sauvaget, le PDG de Tilly-Sabco, indique également qu'il demandera au tribunal de commerce une liquidation judiciaire avec poursuite de l'activité, "grâce au soutien de son principal client saoudien, le groupe Abbar".

La direction espère ainsi favoriser l'émergence d'un projet de reprise de l'abattoir de poulets, qui compte 330 salariés, "pour préserver le maximum d'emplois".

Le tribunal devrait statuer sur ces questions dans les prochains jours.

Spécialisé comme son concurrent Doux, qui sort tout juste d'une longue période de redressement judiciaire, dans la production de poulets destinés au marché du Moyen-Orient, l'abattoir de Guerlesquin a subi de plein fouet la fin des aides européennes à l'exportation décidée en juillet 2013.

Face à la concurrence brésilienne et à la dévaluation du real, les pertes de la société étaient estimées un an plus tard à quelque 320 euros la tonne de volailles vendue sur le marché du Moyen-Orient, soit près de 200.000 euros pour 450.000 poulets abattus par semaine sur les chaînes de Tilly-Sabco.

La parité euro-dollar plus favorable ces dernières semaines et une moindre pression commerciale des producteurs brésiliens sur ce Moyen-Orient n'ont pas permis de relancer l'activité de l'abattoir qui tourne au ralenti depuis plusieurs mois.

Selon les représentants syndicaux de l'entreprise, si aucun repreneur ne se manifeste, la liquidation de Tilly-Sabco, qui faisait travailler plusieurs centaines d'éleveurs de poulets en Bretagne, pourrait provoquer des réactions en chaîne sur l'ensemble de la filière.

Après les actions violentes des légumiers samedi à Morlaix, l'annonce de Tilly-Sabco vient s'ajouter aux difficultés de l'ensemble de la filière agro-alimentaire bretonne qui doit aussi faire face à la liquidation judiciaire de l'abattoir de porcs Gad de Josselin, dans le Morbihan.

(Pierre-Henri Allain, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le lundi 22 sept 2014 à 15:10

    On va finir par devenir végétariens...Contraint et forcé..

  • M4960905 le lundi 22 sept 2014 à 14:51

    Non cela n'a rien d'étonnant, mais cela ne nous rassure pas non plus

  • M4358281 le lundi 22 sept 2014 à 14:48

    Bcq de maisons à vendre pas cher ..!

  • grinchu1 le lundi 22 sept 2014 à 14:47

    Cela vous étonne