L'abattage rituel mis à l'affiche

le
0
Selon plusieurs associations de défense des animaux, tous les consommateurs peuvent se retrouver à manger, sans le savoir, de la viande halal et casher. Un député UMP va déposer une proposition de loi pour réglementer l'étiquetage.

«Cet animal va être égorgé à vif sans étourdissement et dans de grandes souffrances. C'est ça, un abattage rituel». Les associations de défense des droits des animaux ont voulu frapper un grand coup, avec, pour la première fois, ce slogan placardé dans une cinquantaine de villes de France. Objectif: dénoncer les souffrances endurées par les animaux lors de l'abattage religieux, qui diffère de l'abattage traditionnel. En France, ce dernier nécessite, depuis un décret de 1964, l'étourdissement des animaux avant leur mise à mort. En étant inconscient, l'animal souffre moins. La pratique peut se faire de façon mécanique (pistolet), électrique (pinces) ou encore à l'aide de gaz.

Mais ce procédé n'existe pas en cas d'abattage rituel. Dans les religions juive (casher) et musulmane (halal), l'abattage consiste en effet à tuer l'animal alors qu'il est conscient, en le saignant à l'aide d'un couteau planté dans la gorge. La réglementation européenne prévoit une dü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant