L'abandon des charges laisse un goût amer aux féministes

le
0
Si le soulagement est unanime au PS après l'abandon des poursuites à l'encontre de DSK, plusieurs voix, en dehors des rangs socialistes, regrettent l'absence de jugement.

Marie-George Buffet, députée et ancien ministre communiste, a été la première à s'exprimer : «La décision du procureur fait courir de grands risques au droit des femmes en revenant au temps où les victimes de viols étaient a priori coupables, au temps où le viol n'était pas considéré comme un crime». Pour elle, c'est le droit des femmes à dénoncer le viol qui est remis en cause par cette décision de la justice américaine.

Un point de vue qui est partagé par les associations féministes : l'abandon des poursuites laisse «un goût amer» à Olivia Cattan, présidente de l'association Paroles de Femmes, qui craint «que la parole des femmes soit un peu décrédibilisée avec cette affaire». Le procureur de Manhattan Cyrus Vance a en effet refusé de poursuivre car la crédibilité de la plaignante ne lui semblait pas suffisante. «Déjà que ce n'était pas facile de porter plainte pour viol, j'ai peur qu'avec cette histoire, il y ait des répercussions, comme pour ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant