L'A400M, un programme européen aux multiples déconvenues

le
0
L'A400M, un programme européen aux multiples déconvenues
L'A400M, un programme européen aux multiples déconvenues

L'Airbus A400M est un avion de transport militaire européen. L'exemplaire qui s'est écrasé ce samedi  en Espagne avec huit ou dix personnes à bord, faisant au moins trois morts, sortait de l'usine Airbus située près de Séville et effectuait un vol d'essai avant la livraison de l'appareil à l'armée de l'air turque. 

Destiné à assurer le transport de troupes, parachutistes et matériel sur de longues distances, l'A400 M, capable d'atterrir sur des terrains sommaires, peut transporter jusqu'à 37 tonnes sur 3.300 km.

Fabriqué par la branche militaire et spatial du groupe Airbus, cet avion de transport militaire est le fruit d'un programme européen rassemblant sept pays-clients membres de l'Otan (Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Luxembourg et Turquie) et la France. Ce programme a été marqué par des années de retard, ainsi que des surcoûts auxquels s'est ajoutée la crise économique.

Au total, 174 appareils sont commandés à ce jour, dont 50 pour la France, 53 pour l'Allemagne, 27 pour l'Espagne et 22 pour le Royaume-Uni. Douze ont déjà été livrés.

Le premier exemplaire a été livré à la France en septembre 2013, avec un retard de quatre ans et un dépassement de budget de 6,2 milliards d'euros (environ 30%).

La Turquie a notamment reçu son premier exemplaire en avril 2014, avant l'Allemagne en décembre 2014.

En mars dernier, la Malaisie est devenue le premier client à l'exportation livré en dehors des sept pays du consortium, recevant le premier de quatre avions commandés, selon le site d'Airbus Military.

Le programme a été lancé en 2003, tablant sur 40.000 emplois européens générés dont 12.000 en France.

L'A400M a effectué son premier vol d'essai le 11 décembre 2009 à Séville, où est réalisé son assemblage final. Il est destiné à remplacer dans les flottes européennes des appareils anciens comme le Transall C-160.

Il sert aussi bien au transport de troupes (jusqu'à 116 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant