Kure Bazaar invente le vernis à ongles bio

le
0
Kure Bazaar invente le vernis à ongles bio
Kure Bazaar invente le vernis à ongles bio

Parmi les passions de Christian David, il y a l'entrepreneuriat, l'écologie et les cosmétiques. A 40 ans, ce Franc-Comtois désormais installé à Paris ambitionne de révolutionner le monde très chimique des vernis à ongles en y distillant une forte dose de bio. Le jeune quadra a lancé il y a maintenant trois ans son vernis bio Kure Bazaar, un produit à 85 % naturel qui a déjà conquis le monde très feutré de la mode et qui entend désormais séduire un public plus large. Modeste, Christian David précise qu'il n'est pas l'unique « inventeur de ce produit génial ». « C'est mon amie d'enfance le mannequin Kartika Luyet qui, lors de sa grossesse, a pris conscience qu'elle devait faire attention aux cosmétiques et donc aux vernis qu'elle utilisait. » Les deux amis décident alors d'inventer un vernis bio car, à l'époque, Christian David est déjà l'heureux fondateur des parfums Honoré des Prés, « les premiers parfums bio au monde ».

Des mois de recherche pour inventer le produit

« C'était le bon timing, assure Christian David. Nous avons démarré en 2010, au moment où le bio commençait à s'imposer chaque jour un peu plus dans la vie des Français. » Mais, si le jeune entrepreneur est persuadé de la pertinence du projet, reste à inventer le produit, car nulle part « il n'existait un produit qui réponde à nos exigences ». Il lui faut aussi convaincre son banquier de lui prêter 150 000 ¤ pour financer la phase de recherche et développement. « Nous voulions de belles couleurs, une formule couvrante et brillante qui fasse les ongles parfaits sans les abîmer et qui tienne. » Ils vont mettre des mois avant de trouver la bonne formule sans jamais baisser les bras. Courant 2011, « la belle rencontre tant attendue avec un industriel » se présente enfin et, fin novembre, « le premier flacon de Kure Bazaar, un vernis à 85 % végétal, trône sur mon bureau », se souvient Christian David. « Nous avions tenu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant