Krychowiak, témoin assisté

le
0
Krychowiak, témoin assisté
Krychowiak, témoin assisté

Le Polonais Grzegorz Krychowiak est la recrue la plus chère de l'été parisien (trente millions hors bonus), vient de passer deux ans dans le onze d'Unai Emery à Séville, serait un proche du directeur sportif du PSG Olivier Letang et sort d'un Euro-2016 très convaincant. Pourtant, le milieu passe tous ses matchs sur le banc du club de la capitale. Drôle d'idée.

Quand Grzegorz Krychowiak est arrivé sur Paname en provenance de Séville, tout le monde a crié au favoritisme. Unai Emery ramenait ses soldats andalous, à commencer par le milieu de terrain polonais qui venait de faire près de quatre-vingt-dix matchs en deux saisons à Séville, avec deux Ligue Europa à la clé. Pour s'attacher les services du milieu de terrain international, Paris avait d'ailleurs sorti le chéquier et le Montblanc : trente millions d'euros sans les bonus et un contrat de cinq ans à la clé. C'est la recrue la plus onéreuse de l'été. Tout semblait se dessiner pour le Polonais avec, en vue, la place de Thiago Motta dans le onze à prendre. Mais entre le postulat de départ et la vérité du terrain, "Krycho" a vite déchanté. Quatre petits matchs de Ligue 1 au menu, aucune titularisation à domicile et une place de choix lors des gros matchs : le banc de touche. Où est donc passé le formidable milieu qui rayonnait dans l'entrejeu polonais durant l'Euro ? "Je sais que depuis l'Euro, j'ai du mal à revenir à mon niveau", lâchait-il en zone mixte à Nancy, où il était encore passé à côté de son match malgré la victoire parisienne (1-2).

Pourtant, tous les ingrédients sont là pour que l'ancien Rémois s'épanouisse au PSG. Il connaît la Ligue 1 (formé à Bordeaux, passé par Nantes et Reims), le coach et la langue. Mieux, il serait proche d'Olivier Létang, le directeur sportif francilien, qu'il a notamment côtoyé au Stade de Reims quand le dirigeant y était directeur général. Le Parisien évoquant même l'idée que l'un pourrait être le témoin de mariage de l'autre. Sur le papier, a priori, le milieu avait un boulevard devant lui niveau intégration. Même l'intéressé semblait apprécier le fait de retrouver son coach comme le laissait entendre son entretien accordé au magazine FourFourTwo : " C'est une situation parfaite parce que nous nous connaissons très bien l'un et l'autre. Cependant, je ne pense pas avoir de faveurs venant de sa part. Je dois être à mon meilleur niveau pour gagner ma place dans l'équipe." Déjà, dans les propos, il y avait cette volonté d'être au top pour intégrer le onze parisien. Sur ses premiers pas, on s'est dit que c'était largement jouable, puisque ses débuts (entrée à la pause contre Saint-Étienne et titularisation contre Arsenal) étaient prometteurs. Le numéro 4…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant