Krugman, prix Nobel d'économie, fustige le virage libéral de Hollande

le
45
Krugman, prix Nobel d'économie, fustige le virage libéral de Hollande
Krugman, prix Nobel d'économie, fustige le virage libéral de Hollande

Paul Krugman fait partie de ceux qui ont découvert que François Hollande était social-libéral. Et pour le prix Nobel d'économie 2008, cela a apparemment été une très mauvaise surprise ! Sa tribune, intitulée «Scandal in France» publiée par le «New York Times», et traduite en français par la RTBF, se révèle être une charge contre la politique menée par le président de la République et contre ce qu'il appelle le «centre gauche» en général.

«Je n'avais pas prêté beaucoup d'attention à François Hollande (...) depuis qu'il était devenu clair qu'il n'allait pas aller à l'encontre des politiques d'austérité destructives menées en Europe, commence par écrire l'économiste américain. Mais là, il a clairement fait quelque chose de vraiment scandaleux.»

«Je ne parle pas, bien sûr, de sa prétendue liaison avec une actrice qui, même si elle est vraie, n'est ni surprenante (hé, c'est la France) ni dérangeante, poursuit Krugman. Non, ce qui est choquant, c'est son affection pour des doctrines économiques de droite discréditées.»

Une attaque en règle du pacte de responsabilité

L'économiste fustige ainsi les annonces faites par le président français lors de sa conférence de presse de mardi. Hollande s'est prononcé pour «la poursuite de l'allègement du coût du travail». Avec son «pacte de responsabilité», il a notamment annoncé la fin des cotisations familiales sur les entreprises (35 milliards d'euros) d'ici 2017. Des annonces applaudies par le patronat et par une partie de la droite. Pas par Krugman.

«En annonçant son intention de réduire les charges sur les entreprises tout en taillant dans les dépenses, il a déclaré qu'il faut agir sur l'offre et a poursuivi en disant que c'est l'offre qui crée la demande», précise Krugman. Or, selon l'économiste, cette loi énoncée par l'un de ses ancêtres, le Français Jean-Baptiste Say (1767-1832), réputé pour ses théories libérales, est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • syjo le dimanche 19 jan 2014 à 18:09

    le plus simple est de faire bosser les chômeurs,on les place dans les entreprises,gratis,mais au moins ils fournissent du travail,plutôt que de glander.

  • M3435004 le dimanche 19 jan 2014 à 16:01

    Krugman parle de virage ! Cette simple affirmation permet d'éviter un débat économique. Si Krugman connaissait Hollande, il ne parlerait pas de virage, mais de slalom, de cascades, d'esquives, de rebond, de bandes, et de plongeon....et plus simplement de mensonges et de dissimulations.

  • lorant21 le dimanche 19 jan 2014 à 14:01

    Cela fait 30 ans qu'on "relance" la demande à coup de déficit public.. Le résultat: on relance l'économie chinoise et creuse le déficit français.

  • fbordach le dimanche 19 jan 2014 à 12:19

    Tiens, un enseignant, de Gôche sur le réseau. Sa démarche est, comme toujours pour les intellectuels de cette engeance, empreinte de morgue et de mépris. Encore un savant dans les livres mais incapable de mettre sa peau au bout de ses idées et de prendre la direction d'une entreprise...

  • knbskin le dimanche 19 jan 2014 à 12:08

    Exact, j.barbe6 ... Dons son esprit, la France doit être à peu près l'équivalent du Nebraska ... ;)

  • j.barbe6 le dimanche 19 jan 2014 à 12:06

    Le probléme de krugman c'est qu'il pense aux Etats Unis quand il parle de l'europe en général.Ce qui vaudrait là bas est inopérant içi.

  • knbskin le dimanche 19 jan 2014 à 11:58

    Ou encore d'autres initiatives destinées à donner aux jeunes le goût des technologies, genre "La main à la pâte" : http://www.fondation-lamap.org/

  • knbskin le dimanche 19 jan 2014 à 11:56

    Merci, V.BENACE ... Je parlais surtout du secondaire, effectivement. Dans le supérieur, il y a encore quelques exceptions (Dessertine ou autres ...) mais l'enseignement supérieur "business" échappe assez largement à l'Educ Nat. Dans le secondaire, tout est fait pour dégoûter les gamins de l'entreprise, malgré les efforts "exogènes" d'un Philippe HAYAT http://www.100000entrepreneurs.com/

  • V.BENACE le dimanche 19 jan 2014 à 11:51

    D'accord avec ce qui a été dit par knbskin sur le caractère orienté des enseignements d'économie, surtout dans le secondaire. Mes profs d'économie de fac (pourtant certains proches du PSU) avaient une largeur de vue, il y a 40 ans, qui semble ne plus perdurer.

  • knbskin le dimanche 19 jan 2014 à 11:50

    Il est clair, M363422, que vous avez vous-même la science infuse, comme le prêtre aztèque qui expliquait à ses ouailles que chaque soir il faut massacrer un type par cardiotomie à vif pour que le Soleil se lève le lendemain ... :-D Comme vous avez cette science infuse, je suis par définition un imbécile - nuisible et à éliminer d'urgence. Attention ! J'ai des armes, et je sais tirer ... :-D