Krombach : l'accusation divisée, la défense plaide l'acquittement

le
0
L'avocat général réclame quinze années de réclusion criminelle. Les avocats de Dieter Krombach plaident eux l'innocence de leur client. Le verdict est attendu ce samedi soir.

C'est peut-être une aubaine inespérée pour la défense de Dieter Krombach, malmenée pendant tout le procès: l'accusation avance en ordre dispersé. Au sein de la partie civile, Danièle Gonnin, mère de Kalinka, 14 ans, morte en juillet 1982, estime que le médecin allemand a tué l'adolescente (sa belle-fille), sans en avoir l'intention. André Bamberski, le père de la victime, est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre. L'avocat général, au terme d'un réquisitoire très sobre, opte pour les «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner» et réclame quinze ans de réclusion criminelle (au regard de trente années encourues). «Compte tenu de l'âge de M. Krombach, 76 ans, c'est déjà une petite perpétuité», ajoute Pierre Kramer.

Me Alexandre Parra-Bruguière avait soutenu la même thèse. Il dit la souffrance de sa cliente qui, pendant des années, a cru son second mari au détriment du premier. À l'issue de trois semaines d'audience, el

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant