Koweït : sérieux accroc pour la démocratie parlementaire

le
0
L'opposition, qui redoute une manipulation du scrutin législatif de décembre, s'est déclarée lundi déterminée à poursuivre son mouvement de contestation qui a réuni dimanche des dizaines de milliers de manifestants dans la rue.

Plus de 100 manifestants et onze policiers ont été blessés dimanche soir au Koweït dans des heurts entre la police et des dizaines de milliers de personnes qui protestaient contre un décret de l'émir modifiant le Code électoral.

Après sa libération par l'Amérique de l'occupation irakienne en 1991, le Koweït avait fait quelques pas vers l'édification d'une démocratie parlementaire. La famille al-Sabah, régnant depuis 250 ans, gardait la main sur l'exécutif, mais le législatif était confié à un Parlement de 50 députés, élus au suffrage universel. L'émirat devenait ainsi le fer de lance de la modernité politique au sein des 6 pétromonarchies arabes du CCG (Conseil de coopération du Golfe).

Le problème des élections libres dans ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant