Kosovo-D'anciens membres de l'UÇK coupables de crimes de guerre

le , mis à jour à 16:24
0

PRISTINA, 27 mai (Reuters) - Les juges de la mission européenne au Kosovo (Eulex) ont condamné mercredi à des peines de prison onze anciens combattants de la guérilla albanophone, dont deux proches de l'ancien Premier ministre Hashim Thaçi, accusés de crimes de guerre lors de la lutte pour l'indépendance en 1998 et 1999. Lors de deux procès distincts, les juges ont établi que des civils kosovars avaient été victimes d'atrocités dans un camp contrôlé à l'époque par l'Armée de libération du Kosovo (UÇK), qui luttait contre les forces de sécurité serbes dans ce qui était alors une province de la Serbie. Le dossier concernait aussi la mort d'un policier serbe en 1998 et celle d'un civil kosovar accusé par les séparatistes d'être un espion au service de Belgrade. Sami Lushtaku, un ancien chef de l'UÇK, a été reconnu coupable de meurtre et condamné à 12 ans de prison. Sylejman Selimi, actuellement ambassadeur du Kosovo en Albanie, a été condamné à huit ans de prison pour avoir maltraité des civils. Tous deux étaient des proches de l'ex-Premier ministre Thaçi, ancien commandant en chef de l'UÇK qui est actuellement ministre des Affaires étrangères. Un député du Parti démocratique du Kosovo (PDK), au pouvoir, s'est vu infliger une peine de trois ans de prison. Les huit autres accusés ont été condamnés à des peines allant de trois à sept ans de détention. Le Kosovo a proclamé en février 2008 son indépendance. (Fatos Bytyci, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant