Kosovo: Belgrade lève le tabou de la partition

le
0
Pour la première fois, le premier ministre serbe envisage un redécoupage des frontières.

En tournée dans les pays de l'ex-Yougoslavie depuis jeudi, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, se rendra au Kosovo - une première pour cette ancienne province serbe qui a déclaré son indépendance en 2008. Cette visite a beaucoup inquiété Belgrade, qui y a vu un fléchissement de l'ONU, dont seulement 91 pays membres sur 193 reconnaissent le nouvel État kosovar.

«Ma visite au Kosovo sera organisée en accord avec la résolution 1244 du Conseil de sécurité», a immédiatement rassuré Ban Ki-moon. Ce texte prévoit seulement une «autonomie substantielle» au sein de la Serbie et reste le seul cadre légal international accepté par Belgrade.

Pourtant, depuis l'arrivée au pouvoir du nationaliste Tomislav Nikolic, on observe un changement notable dans le discours des dirigeants serbes sur un scénario qui a été jusqu'à présent considéré comme «tabou», à savoir une éventuelle partition du Kosovo. «Je ne serai jamais reconnu comme président à Pr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant