Kosciusko-Morizet nomme ses chefs de file à Paris, évince Tibéri

le
1
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET DÉVOILE SES TÊTES DE LISTE À PARIS
NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET DÉVOILE SES TÊTES DE LISTE À PARIS

PARIS (Reuters) - La candidate de l'UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, a dévoilé jeudi ses chefs de file par arrondissement, une liste de "renouvellement" marquée par l'éviction du maire historique du Ve arrondissement, le chiraquien Jean Tiberi.

L'ancienne ministre, qui se présente dans le XIVe arrondissement pour les élections municipales de mars 2014, concourra aux côtés de dix autres femmes.

Parmi elles, le maire sortant du VIIe, Rachida Dati, et l'élue du Ier arrondissement, Florence Berthout, 51 ans, directrice de l'établissement public de la Villette et coordinatrice du programme de "NKM" qui se lance cette fois dans le Ve arrondissement.

"Une femme d'autorité et de talent" selon Nathalie Kosciusko-Morizet, dont la nomination contrecarre les projets de "la dynastie" Tiberi dans son fief. Furieux de ce "parachutage", le maire sortant du Ve, élu sans discontinuer depuis 1983, comptait adouber son fils Dominique s'il ne se présentait pas comme tête de liste.

"Il n'y a pas de droit de suite", a justifié Nathalie Kosciusko-Morizet, soucieuse de tourner la page de la "saga" Tiberi, marquée par les ennuis judiciaires de l'édile.

Le maire sortant du VIIIe arrondissement, François Lebel, est lui aussi écarté au profit de sa première adjointe Martine Merigot de Treigny, 59 ans.

L'élu UMP avait suscité la polémique en octobre dernier en publiant dans son bulletin municipal une diatribe contre le mariage homosexuel où il estimait que la loi l'autorisant pourrait ouvrir la voie à la polygamie, la pédophilie ou l'inceste.

D'autres prétendants notoires, comme le chef d'entreprise Charles Beigbeder, un proche de Nicolas Sarkozy qui visait la tête de liste dans le XIIe arrondissement, n'ont pas été retenus par Nathalie Kosciusko-Morizet.

"LE SPARADRAP DU CAPITAINE HADDOCK"

Dans le XVIIe arrondissement, le député "filloniste" Bernard Debré, qui ambitionnait de se présenter contre le maire sortant "copéiste" Brigitte Kuster après leur duel fratricide des législatives de 2012, a finalement consenti à n'occuper que la deuxième place sur la liste de l'élue.

Malgré les voeux de renouveau de la candidate UMP, l'opposition communiste a dénoncé jeudi une survivance du "système Chirac" dans la droite parisienne.

Sous le titre "Mme Kosciusko-Morizet vous présente ses meilleurs vieux", Ian Brossat, président du groupe PCF-PG au conseil de Paris, relève la présence parmi les chefs de file de quatre représentants de la "vieille garde": Jean-François Legaret (Ier), Jean-Pierre Lecoq (VIe), Philippe Goujon (XVe) et Claude Goasguen (XVIe).

"Le vieux système colle à Mme Kosciusko-Morizet comme le sparadrap du capitaine Haddock", dit-il dans un communiqué, rappelant en outre que Jack-Yves Bohbot, tête de liste dans le XIe, a été condamné en 2006 dans l'affaire des faux électeurs du IIIe arrondissement.

Les listes de l'UMP, qui ménagent un dosage tout diplomatique entre "copéistes" et "fillonistes", seront définitives une fois achevées d'éventuelles tractations avec les centristes de l'UDI et du MoDem.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui avait choisi initialement de présenter ses chefs de file à la mi-novembre, a pris de vitesse sa rivale socialiste Anne Hidalgo, qui dévoilera sa liste vendredi. L'équipe de la première adjointe de Bertrand Delanoë a dénoncé "nervosité, maladresse et précipitation" dans le camp adverse.

Les militants PS sont appelés jeudi à voter pour "les premiers socialistes" sur les listes candidates aux élections municipales en France, en fonction des accords locaux.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al20156 le jeudi 10 oct 2013 à 19:04

    ZERO DEHORS RETOURNE EN BANLIEUE