Koscielny sécurise le nul pour Arsenal

le
0
Koscielny sécurise le nul pour Arsenal
Koscielny sécurise le nul pour Arsenal

Si les Gunners sont allés prendre un point sur la pelouse du champion en titre, Leicester (0-0), ils le doivent au défenseur français, impérial derrière. Et à Walcott devant, qui a gâché et rappelé qu'il fallait encore que Wenger recrute.

Leicester 0-0 Arsenal


Sur une bonne frappe de Vardy en fin de première période, Cech, un peu excentré, relâche. Drinkwater pense suivre et taper dans le but vide mais Koscielny intervient. Tout le King Power Stadium exige un penalty mais le Français semble avoir été plus prompt pour toucher le ballon. Ça se joue à rien. Comme en seconde période, à vingt minutes de la fin, quand Vardy file au but à toute vitesse en partant à la limite du hors-jeu. Combien de fois l'action a-t-elle fait mouche l'an dernier ? Mais là, c'est au-dessus, la faute encore à un retour in extremis du Kos. Les supporters d'Arsenal pourront toujours voir le verre à moitié plein après ce nul à l'extérieur (0-0). Très bon l'an dernier, le défenseur français semble être parti pour franchir encore un palier et devenir un patron. Il y a une partie vide aussi : Alexis Sanchez est fait pour jouer sur un côté, pas dans l'axe, et Holding en défense centrale, ce n'est pas possible. Du moins pour l'instant.

Leicester n'a absolument pas changé


Une semaine après l'entame ratée contre Liverpool (3-4), Arsenal se présente sur la pelouse du champion en titre toujours sans recrues majeures, alors que les supporters, qui s'en prennent désormais à l'actionnaire principal, espèrent toujours une arrivée digne de ce nom devant, mais aussi derrière. Les semaines passent, et les dossiers Mustafi et Lacazette, notamment, n'avancent pas. Vardy et Mahrez, annoncés un temps très proches des Gunners, sont bien sur la pelouse mais dans le camp d'en face. Du coup, c'est encore Walcott et Oxlade-Chamberlain, présentés il y a quelques mois comme des candidats au départ, qui sont encore titulaires. Pour être plus solide, Wenger peut toujours compter sur les retours de Koscielny et Xhaka qui ont le mérite de mettre Chambers et Elneny sur le banc. En face, Ranieri ressort son onze qui a marqué l'histoire, avec juste Nampalys Mendy pour suppléer N'Golo Kanté. Mais Arsenal confisque le ballon et domine la rencontre. Le coup des champions gavés qui n'ont plus la foi pour courir et se sacrifier ? À bien y regarder, les Gunners s'étaient imposés à l'aller et au retour l'an dernier face aux Foxes. Et s'ils sont en position favorable, les hommes…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant