Koscielny doit toujours en faire plus que les autres

le
0

En équipe de France depuis plus de quatre ans, Laurent Koscielny est un cadre de la sélection depuis l'arrivée de Didier Deschamps. Pourtant, le défenseur d'Arsenal est sans cesse prié de faire ses preuves. Et la situation commence à l'agacer.

En Angleterre, Laurent Koscielny est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de Premier League. Mais en France, beaucoup restent sceptiques sur son niveau réel et émettent des doutes quant à son potentiel pour être titulaire avec les Bleus. Tel est le quotidien binaire du Corrézien depuis deux ans et demi. Plus précisément depuis ce carton rouge reçu en barrage aller de la Coupe du Monde 2014 en Ukraine. Un pétage de plomb que le public français a encore du mal à lui pardonner. Résultat, l’image de joueur imprévisible colle à la peau de l’ancien Lorientais, qui doit sans cesse en faire plus que les autres. « La question revient souvent, a reconnu un brin agacé l’intéressé, mardi à Clairefontaine. Je joue en Angleterre depuis six ans. Cette année, j’ai encore passé un palier. Je vis au quotidien à Londres. Je n’ai fait qu’une saison en Ligue 1, à Lorient. Certaines personnes me connaissent moins. Après, ça ne veut pas dire que les Anglais connaissent mieux le football que les Français. Mais je pense que c’est plus parce qu’ils me suivent au quotidien, qu’ils me voient jouer chaque week-end qu’ils peuvent me juger par rapport à mes performances. »

Koscielny : « A chaque fois vous me parlez de concurrence »

En juin, le défenseur d’Arsenal, qu’Arsène Wenger n’hésite pas à promouvoir capitaine quand Per Mertesacker est à l’infirmerie cette saison, devrait être titulaire pendant l’Euro. Mamadou Sakho, qui avait un temps d’avance lors de la Coupe du Monde 2014, paye son manque de régularité à Liverpool. Mais là encore, Laurent Koscielny ne fait pas l’unanimité pour épauler Raphaël Varane en charnière chez les Bleus. « A chaque fois, vous me parlez de concurrence. Mais entre nous, elle a toujours été saine. Si le coach fait appel à nous, c’est que chacun peut jouer dans l’équipe et avec un partenaire différent. Après, dans le foot, on sait que ça va très vite. Avant l’Ukraine, je jouais. Après l’Ukraine, je ne jouais plus. Maintenant, je rejoue. Ce sont des périodes. Je fais une bonne saison mais on a besoin de tout le monde pendant une compétition. Au Brésil, je suis parti remplaçant et j’ai joué plusieurs matchs. Tout le monde aura sa chance. Le plus important est que tout le monde soit prêt, à 100% », a détaillé le Gunner mardi en conférence de presse.

Seul Varane semble incontournable

« Cela fait pratiquement trois ans qu’on est appelé régulièrement en équipe de France, poursuit-il. J’ai joué avec Rafa (Varane), Mamad (Sakho) aussi. Mais si tu installes une charnière fixe pendant deux ans et que tu arrives à l’Euro avec un forfait de dernière minute, tu fais comment ? Tu as besoin de tester tes quatre défenseurs centraux, avec des partenaires différents. Même si c’est bien de savoir laquelle est la meilleure au départ, tu auras besoin de tout le monde pendant la compétition. » Malgré des prestations moins rassurantes en club, Raphaël Varane semble le seul défenseur central incontournable en Bleus. Pourtant, du haut de ses 30 ans, le natif de Tulle commence à avoir une belle expérience internationale. Présent à l’Euro 2012 et au Mondial 2014, Laurent Koscielny disputera cet été sa troisième grande compétition avec l’équipe de France. Sans ravir tous les suffrages. En France seulement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant