Kondogbia pressé d'y être

le
0
Kondogbia pressé d'y être
Kondogbia pressé d'y être

Geoffrey Kondogbia, que procure une première sélection en équipe de France ?De l'excitation tout d'abord. On est assez impatient de commencer avec le groupe, de s'entraîner et de vivre cette sélection. Il y a beaucoup d'excitation et aussi, forcément, de l'appréhension.Vous attendiez-vous à être sélectionné ?Je suis un petit peu surpris. Après, si je suis là, c'est que, quelque part, le coach a senti que j'étais capable et que c'était le moment de faire appel à moi.Êtes-vous redescendu de votre nuage depuis votre titre de champion du Monde avec les U20 ?Oui. Ça fait quand même un moment qu'on a remporté ce titre. Il y a une saison qui reprend et que l'on doit chacun préparer dans nos clubs respectifs. Il faut forcément redescendre sur terre et retourner au travail, car les saisons s'enchaînent.Vous avez terminé le Mondial épuisé. N'aurait-il pas mieux valu aller faire une préparation normale avec Séville ?Non, on ne peut pas dire qu'une sélection en A soit un cadeau empoisonné. C'est une grosse satisfaction et je ne peux pas me permettre de dire que c'est un cadeau empoisonné. Je suis très fier et impatient de pouvoir commencer.

« Quand on cherche un club, c'est forcément pour avoir du temps de jeu »

Mesurez-vous tout ce qui vient de vous arriver en très peu de temps ?C'est vrai que c'est arrivé très, très vite. Ça m'arrive d'y penser et de réfléchir. Je suis très content de ce qui se passe ces derniers temps pour moi. J'espère que ça va continuer et je vais tout faire pour que ça continue.Que se dit-on quand on arrive chez les A comme vous, à moins d'un an de la Coupe du Monde ?On parle aujourd'hui d'une première sélection, donc se dire qu'il y a une place à prendre, je ne pense pas que ce soit vraiment la réflexion à avoir. C'est une première sélection, il faut d'abord découvrir comment vit le groupe au quotidien et comment ça se passe chez les A. Après, au fur et à mesure, on se fixe des objectifs. Que pensez-vous pouvoir apporter à ce groupe ?Ça, je pense que le sélectionneur le sait mieux que moi. Comme je l'ai dit, si aujourd'hui je suis sélectionné, c'est qu'il a pensé quelque part que je pouvais apporter quelque chose à l'effectif. Reste à voir comment ça va se passer.Allez-vous inclure dans votre réflexion sur votre avenir l'exigence de Didier Deschamps par rapport au temps de jeu en club des potentiels sélectionnables ?C'est clair. Même si aujourd'hui je ne pensais pas à l'équipe de France, quand on cherche un club, c'est forcément pour avoir du temps de jeu. Surtout quand on est jeune. J'avais déjà cette idée en tête, et le fait que le sélectionneur ait dit ça, ça confirme ce que je pense.

« Quand on est jeune, on se dit qu'on est prêt à tout »

Au Real Madrid, vous serez moins certain d'avoir du temps de jeu qu'à Séville...C'est vrai. Je suis dans la même optique que le coach, donc on verra bien. On va chercher une solution. Et pour l'instant, je ne suis pas parti de Séville. Je suis encore un joueur de Séville, je vise donc du temps de jeu dans cette équipe.Vous sentez-vous prêt physiquement et moralement à jouer votre premier match en équipe de France A ?Moralement, je suis prêt. En revanche, c'est vrai que j'ai repris depuis peu. Mais quand on est jeune et qu'on est sélectionné dans une équipe de France, on se dit qu'on est prêt à tout. C'est ça qui fera la différence et je ferai en sorte d'être prêt à tous les niveaux. N'appréhendez-vous pas la marche qui sépare les U20 de l'équipe de France A ?Si, forcément. Car ce n'est pas du tout la même chose. Je suis impatient de voir comment ça se déroule chez les A, de voir la différence et si ça change beaucoup. Je pense que oui.Souhaitez-vous quitter Séville ? Un club comme Arsenal peut-il vous intéresser ?Aujourd'hui, je suis encore à Séville. Je suis dans ma préparation. Après, peut-être que des choses vont se passer, mais pour l'instant, je viens d'apprendre une bonne nouvelle, c'est que je suis sélectionné en équipe de France. Donc aujourd'hui, c'est difficile de répondre à cette question. C'est vrai que des choses peuvent se passer, mais je vais d'abord me concentrer sur ma reprise et essayer de prendre du plaisir au maximum dans cette sélection.

« Je n'ai pas préparé de chanson »

En équipe de France U20, y avait-il une petite compétition pour celui qui retrouverait Paul Pogba le premier chez les A ?Non, pas du tout. Quand on était en Coupe du Monde, l'objectif, c'était la Coupe du Monde, donc on n'avait rien d'autre en tête. On n'a pas trop discuté entre nous de qui pourrait prétendre à aller en équipe de France A. On n'avait pas ça en tête, on était juste contents d'être entre nous et de disputer cette compétition ensemble.Pour votre première, des joueurs en particulier vont-ils faire office de grands frères pour vous ?Je pense. Lesquels ? Je ne sais pas. Beaucoup de joueurs ont vécu pas mal de choses dans cette équipe, donc si jamais j'ai besoin de conseils ou d'aide, pas mal de joueurs sont capables de m'aider. C'est bien pour moi. Car je sais que si j'ai besoin de quoi que ce soit, j'ai des coéquipiers qui sont là. Qu'avez-vous prévu de chanter pour votre bizutage ?Je n'ai pas préparé de chanson, je réfléchirai à ça le moment venu. Mais de toute façon, ça, c'est partout. Quand on intègre un club ou qu'on signe dans un groupe, il y a forcément ce petit bizutage. Le comportement est-il important quand on joue en équipe de France ?Je pense que oui. Mais chacun voit les choses comme il le sent. Je ne comprends pas, en tout cas je trouve bizarre, que vous soyez étonnés qu'on ne soit pas sorti en boîte après notre victoire en Coupe du Monde. On a préféré célébrer ça entre nous et rigoler. Mais on aurait très bien pu aller s'amuser. On avait le droit, on était champions du Monde, donc...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant