Kolodziejczak le patient sévillan

le
0

Buteur la semaine dernière dans la victoire contre l’Athletic Bilbao (1-2) en Ligue Europa, Timothée Kolodziejczak fait son trou au sein du club sévillan sans faire de bruit.

Quand on nomme le club du FC Séville, on pense forcément à Kevin Gameiro, le buteur vedette ou Adil Rami. Mais s’il y en a un qui impressionne les observateurs espagnols c’est bien « Kolo », comme le surnomme ses coéquipiers. Son but, au match aller des quarts de finale de la Ligue Europa à Bilbao, a braqué les lumières françaises sur ce joueur. Son départ de Nice à l'été 2014 pendant le Mercato estival n’avait pas fait les gros titres pour un joueur aussi discret sur le terrain qu’en dehors. Mais alors que ses débuts dans le club andalou avaient été des plus timides avec seulement une petite dizaine de matchs joués, la seconde partie de saison 2014-15 va définitivement installer le Nordiste dans l’équipe-type d’Unai Emery suite aux blessures successives de Pareja, Carriço ou Andreolli. Une qualité de titulaire qui va lui permettre d’accrocher à son palmarès son premier titre, la Ligue Europa 2015. Une sacrée revanche pour celui qui a été arraché au RC Lens par l’Olympique Lyonnais à seulement 17 ans en 2008. Car oui le parcours de Kolodziejczak en France ne restera pas franchement dans les mémoires. Avec seulement quatorze matchs de Ligue 1 en quatre saisons dans le club cher à Jean-Michel Aulas, un départ était inévitable. Direction la Côte d’Azur et son ancien coach à l’OL, Claude Puel. Un coach qui ne va pas hésiter à déplacer le latéral gauche dans l’axe de la défense.

« Quand je vois le niveau de la Ligue 1... »

Un choix payant puisqu’au côté de Mathieu Bodmer, le natif d’Arras va montrer son aisance technique même si sa jeunesse lui fait encore défaut en termes de concentration ou de rigueur. Néanmoins, ses prestations tapent dans l’oeil du FC Séville. Avec la colonie française présente en Andalousie (Gameiro, Rami, Trémoulinas, N’Zonzi), il a tout pour être comme un poisson dans l’eau. « A Séville, c’est tout le stade qui pousse, pas comme en Ligue 1 », a-t-il récemment confié sur RMC. Une Ligue 1 qui paraît bien loin pour le joueur de 25 ans et qui, à l’heure actuelle, ne lui donne pas envie de revenir... « Contre Bilbao, il y avait beaucoup de duels mais ça joue beaucoup au ballon. Il y a beaucoup d’intensité dans ces matchs-là. (…) Sincèrement, quand je vois un peu le niveau de la Ligue 1 pour ma progression je préfère rester à l’étranger. » Joueur de champ le plus utilisé par Emery derrière le gardien Sergio Rico, Timothée Kolodziejczak n’a pour le moment connu les sélections bleues que chez les jeunes. A l’heure où les spécialistes se demandent qui pourraient être les défenseurs centraux remplaçants pendant l’Euro 2016, la polyvalence de Kolo pourrait jouer en sa faveur. A moins qu’il ne se décide à porter les couleurs polonaises. Rédigé par David Hernandez
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant