Kolodziejczak, défenseur du FC Séville : « Ici, c'est vraiment un autre football »

le , mis à jour à 06:45
0
Kolodziejczak, défenseur du FC Séville : « Ici, c'est vraiment un autre football »
Kolodziejczak, défenseur du FC Séville : « Ici, c'est vraiment un autre football »

Lyon se déplace ce soir défier le FC Séville, vainqueur des trois dernières éditions de la Ligue Europa (2014, 2015, 2016). Et ce avec un budget équivalant à celui de l'OM et inférieur à ceux de Lyon et de Monaco. Timothée Kolodziejczak, 24 ans, défenseur français du club espagnol, passé par Lyon (2008-2012) et Nice (2012-2014), nous livre les secrets de la réussite sévillane.

 

Quel est ce fameux savoir-faire du FC Séville en Coupe d'Europe ?

TIMOTHÉE KOLODZIEJCZAK. Savoir-faire, c'est peut-être présomptueux. Mais, dès qu'on jouait en Ligue Europa, on se sentait forts. A force de gagner des matchs, on a pris beaucoup de confiance, acquis de l'expérience, appris à gérer et à préparer ces grands rendez-vous. Car à Séville, tout match de Coupe d'Europe est un grand rendez-vous. Et quand vous êtes le tenant du titre, vous vous sentez investi d'une mission, celle de ne pas rendre le trophée. Je suis arrivé dans le bon cycle à Séville et j'en profite tous les jours.

 

En France, on a du mal à comprendre comment le FC Séville a réussi à remporter autant de Coupes d'Europe quand aucun club français n'y est parvenu depuis 1996...

C'est une mentalité différente ici, vraiment un autre football. On a tous les week-ends des gros matchs, les « petites » équipes jouent davantage qu'en France. On joue aussi le Barça, le Real, l'Atlético, donc on est dans le bain, habitué aux matchs de niveau européen. Les clubs français ne jouent peut-être pas toujours à fond en Coupe d'Europe.

 

Il y a plus d'intensité, plus de talents aussi en Espagne ?

En ce moment, le Championnat d'Espagne est le meilleur au monde avec le championnat anglais. Regardez le nombre de finalistes espagnols ces dix dernières années dans les compétitions européennes. C'est une culture, une tradition ici. Peut-être moins en France, où le classement en championnat est très important pour chaque club.

 

Vous allez laisser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant