Kolo Touré, le bon gars de retour à Arsenal

le
0
Kolo Touré, le bon gars de retour à Arsenal
Kolo Touré, le bon gars de retour à Arsenal

Kolo Touré est de retour avec Liverpool à l'Emirates, devant un public qui l'a vu passer par tous les états pendant ses sept saisons avec le maillot d'Arsenal.

Ce lundi soir, Brendan Rodgers ne devrait pas titulariser Kolo Touré à l'Emirates. Il l'a fait lors de sa dernière visite, et les Reds se sont mangé un 4-1. Si l'Ivoirien n'en est pas le principal responsable, la manière dont Alexis Sánchez s'est joué de lui sur le troisième but est un souvenir plutôt douloureux. Donc en charnière, ça sera Lovren-Škrtel, point barre. Kolo Touré vivra sûrement du banc de touche ce retour à l'Emirates. À 34 ans, il se rappellera sans doute que c'est avec le club d'en face qu'il a connu les plus grandes heures de sa carrière. Le public le lui rappellera aussi forcément. Car Kolo fait partie de l'équipe type des "Invincibles" avec Pirès, Henry et Vieira. À jamais.

De douzième homme à patron


À la base, Kolo Touré est un joueur de Beveren. Il fait partie de l'Académie de Jean-Marc Guillou. Le technicien français a racheté le club belge pour y mettre ses disciples ivoiriens. Mais l'intégration ne se passe pas comme prévu, la Belgique n'est pas la terre d'accueil espérée. Wenger flaire le bon coup et propose au plus talentueux d'entre eux de venir faire un essai, début 2002. C'est ainsi que Kolo Touré débarque à Arsenal. Le technicien alsacien lui propose d'intégrer l'équipe en douceur la saison suivante. Aucune raison de toucher à une formation qui file vers un doublé coupe-championnat. L'Ivoirien fait ses premiers pas dans une équipe de stars pour l'exercice 2002-2003. Attaquant dans ses jeunes années, Touré est utilisé par Wenger à un peu tous les postes du milieu et de la défense. En fait, c'est le mec que l'on fait entrer dans les dernières minutes pour courir un peu partout et user l'adversaire. C'est peu dire qu'il ne se fait pas remarquer par sa culture tactique. Mais il échappe aux critiques.

Si la saison est moyenne pour Arsenal, qui laisse échapper le titre et se fait sortir de la deuxième phase de poules en Ligue des champions, la foudre s'abat surtout sur Rami Shaaban, le gardien censé foutre Seaman à la retraite, et Pascal Cygan, qui est sur la pelouse presque à chaque fois que les Gunners perdent un match. Pour la saison suivante, Wenger décide d'associer Kolo Touré à Sol Campbell en charnière. L'équipe terminera la saison avec 90 points en étant invaincue, et évidemment avec la meilleure défense. Martin Keown, le précédent stoppeur, passe la saison à cirer le banc et doit supplier Wenger de le faire entrer dans les…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant