Kofi Yamgnane : "La culture de l'assistanat tue l'Afrique"

le
2
Kofi Yamgnane manifeste à Lomé en 2011.
Kofi Yamgnane manifeste à Lomé en 2011.

L'homme politique franco-togolais Kofi Yamgnane, "Breton d'après la marée noire", qui n'a pas pu se présenter aux présidentielles du Togo en 2005 et 2010, annonce sa candidature pour celle de 2015. Il annonce dans un livre (1) son entrée en campagne et analyse les freins à une véritable démocratie dans certains pays africains.

Le Point.fr : Pensez-vous avoir la moindre chance, cette fois, de pouvoir vous présenter ? Et de gagner ?

Kofi Yamgnane : Non, mais je veux les bousculer. Il faudra qu'ils trouvent une autre excuse que la dernière fois puisque j'ai réglé le problème de ma date de naissance en donnant des preuves [sa candidature à la présidentielle a été invalidée au motif qu'un doute subsistait sur sa date de naissance, NDLR]. C'est simple, mes parents m'ont déclaré du temps colonial, le 16 mars 1946. Je suis né le 11 octobre 1945 et pas le 31 décembre 1945 comme on l'a prétendu. Quand le missionnaire a demandé à mon oncle et mon père quand j'étais né, ils ont répondu que c'était au début de la saison sèche. Mon père, ce jour-là, était à la corvée de débroussaillage, qui se faisait toujours le 11 octobre. Soixante ans plus tard, quand je demande un renouvellement de passeport, on me donne un passeport togolais avec la date du 31 décembre 1945. Je suis allé à Bassar, lieu de ma naissance où on m'avait inscrit, aux archives. Il manquait juste cette page-là ! J'ai parlé au maire, puis au préfet qui m'a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le samedi 9 nov 2013 à 12:41

    Tout à fait d'accord pour l'Afrique et POUR LA FRANCE!

  • M2280901 le samedi 9 nov 2013 à 11:43

    SURTOUT LA FRANCE !