Klopp, une parole et des actes

le
0
Klopp, une parole et des actes
Klopp, une parole et des actes

Il n'aura mis qu'un mois. Arrivé le 8 octobre dernier à Liverpool, Jürgen Klopp a réussi en quelques semaines à faire rentrer son groupe dans sa philosophie. Vainqueurs de Chelsea et Manchester City, les Reds reviennent au premier plan. Mais comment Klopp a-t-il changé Liverpool ?

C'était son dernier sommet. Le dernier sourire qu'il aura arraché à Anfield. L'adversaire avait plié au même instant. Dix petites minutes de jeu et l'héritier Jordan Henderson avait allumé un pétard dans le ciel de Liverpool. Le génie concluera également la rencontre, celui venu du pied de l'ambianceur de foule brésilien, Philippe Coutinho. Ce 1 mars 2015, Manchester City était tombé à Anfield. 2-1. Une dernière lumière, un dernier flash sur Brendan Rodgers. Liverpool se fera gifler à Arsenal un mois plus tard, puis face à Manchester United, à Aston Villa, à Hull, à Stoke mais aussi contre Crystal Palace. Les Reds termineront la saison à la sixième place, loin de leurs objectifs initiaux. Le peuple ne suivait plus son guide, celui en qui il avait tellement cru quelques mois auparavant, si près du titre. Si près, trop près. Brendan Rodgers avait pourtant tout construit : du jeu, des hommes, une philosophie. En football, on parle de cycle et celui ci devait se terminer. Seulement deux mois après le début d'une nouvelle saison, le technicien a été viré au lendemain d'un derby partagé face à Everton. La "Sainte Trinité", liaison sentimentale entre un coach, son club et ses supporters, a été brisée.

Fédérer de nouveau


Peut être plus que n'importe où, Liverpool marche avec ce lien. Il était alors temps de donner un nouvel élan, de relancer une machine, de faire renaître la passion. Prendre sa place dans les tribunes d'un stade est un exutoire. Le board de Liverpool y attache de l'importance. Depuis toujours. La relation entre le club et les supporters est avant tout sociale. Dès son arrivée, le nouveau leader, Jürgen Klopp, le résumait ainsi : "Notre objectif est divertir les supporters, on doit rendre leur vie meilleure. C'est ce qu'on doit faire parce qu'au delà de ça, le football n'est pas aussi important – on ne sauve pas de vie, on n'est pas des docteurs. Notre travail est simplement de faire en sorte que pendant 90 minutes, les gens puissent mettre leurs problèmes de côté, qu'ils puissent ensuite parler du dernier match pendant trois jours et du prochain pendant deux. C'est pour ça que je veux vivre." Anfield a toujours eu cette fonction. Klopp a été choisi avant tout pour fédérer de nouveau le club, les supporters et cette passion si particulière. Le tout avec la volonté affirmée de proposer un football "…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant