Klopp, du jaune au rouge

le
0
Klopp, du jaune au rouge
Klopp, du jaune au rouge

Nouvel entraîneur de Liverpool après une année sabbatique qui n'aura duré que quatre mois, Jürgen Klopp n'est plus le " coach libre le plus désiré de la planète ". Il est maintenant " le coach du renouveau d'un club encore à la recherche de son lustre d'antan ".

Le schéma est connu. Un entraîneur démissionne. Des noms circulent, l'un plus excitant que les autres. Les bruits de couloir s'intensifient. Les diseurs de bonne aventure tirent des plans sur la comète. On suppute. Les réactions se multiplient, encore au conditionnel. Un média finit par lâcher le morceau : c'est fait à 99%. Le temps passe plus longuement, et les supporters commencent moins à s'inquiéter qu'à s'impatienter. Une photo floue apparaît, le successeur tant attendu a été aperçu à l'aéroport de son côté ; de l'autre. Le club annonce une conférence de presse majeure pour le lendemain, avant de confirmer d'un tweet laconique. Enfin, on le voit avec son nouvel ensemble, signant le contrat, donnant sa première interview en interne. Avant d'entrer dans la salle face à la meute. Jürgen Klopp est désormais l'entraîneur du FC Liverpool. Pourquoi ? Pourquoi pas, d'abord. Parce que Liverpool n'est pas fondamentalement à l'heure actuelle plus important que Dortmund, sans doute même moins, rapport aux titres récents et différents parcours européens. Et surtout parce que Jürgen aurait pu attendre sagement le Bayern ou la Nationalmannschaft, voire le Real ou Manchester United. Mais voilà, Klopp est un homme d'action, que quatre mois de vacances suffisent à recharger. Attendre un an sans rien faire comme Pep ? Impossible. Alors il a choisi les Reds.

Mariage à Anfield


" Ce n'est pas un club comme les autres, c'est un club spécial. C'est l'étape suivante parfaite pour moi d'être là et d'essayer et d'aider. Je ne suis pas un rêveur, mais un romantique du football et j'adore les histoires - Anfield est l'un des meilleurs endroits pour cela. Maintenant que je suis ici, je suis un homme très chanceux ", s'est-il ainsi expliqué dans un anglais encore rugueux mais des plus acceptables pour lequel il s'est excusé, fit dans sa chemise noire. Après tout, Klopp a toujours rêvé d'entraîner en Premier League. Il ne s'en est jamais caché, a encore répété son amour pour ce championnat lors de ses premières prises de parole, sincères pour le coup. Liverpool et Dortmund partagent en plus bien des choses en commun : l'ambiance, le YNWA, un statut d'outsider ambitieux. De fait, tout le monde a salué ce mariage a priori si logique, de Löw à Hamann, en passant par Fowler, Effenberg, Owen, Hummels, Carragher, Souness et Djimi Traoré.

En plus, les Reds sont aujourd'hui en bien…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant