Kit de survie, peluches, appli... : l'improbable business généré par le virus Ebola

le
0

VIDÉO - Derrière la crainte que sème le virus dans le monde entier se cache aussi un marché dont l'offre ne cesse de se diversifier : nom de domaine, produits dérivés, costumes... et maintenant une série TV.

Surfer sur la vague d'une actualité anxiogène afin d'en tirer des profits semble difficile à concevoir. Pourtant, nous sommes actuellement en plein cœur de ce phénomène. Il y a quelques jours, Le Figaro racontait comment deux associés américains ont démarché les industries médicale et pharmaceutique pour céder le nom de domaine Ebola.com qu'ils avaient acquis en 2008. Les deux hommes - également propriétaires de plusieurs noms de domaine du même acabit dont Fukushima.com - n'ont pas cherché à dissimuler leur espoir de vendre Ebola.com plus cher que la mise à prix initiale qui était de 150.000 dollars. Samedi, ils n'avaient toujours pas trouvé preneurs...

Et ce n'est pas fini: très aisément, on constate sur internet de multiple produits dérivés estampillés Ebola... Certains vont même jusqu'à organiser des soirées #EbolaParty. Voici un panel non exhaustif de ce qu'on peut trouver en ce samedi 17 octobre.

• Le kit de survie Ebola. Le «XL Ebola Survival Preparedness Medical Kit EMS Complete Prepper Travel» est en vente sur eBay pour 99,99 dollars. Mais ce kit essentiel est disponible en plusieurs modèles, et certains sont beaucoup moins chers: on en trouve à moins de 14 dollars. On trouve également toutes sortes d'accessoires pour se protéger du virus sur Amazon.

Les peluches Ebola.

Aux États-Unis, elles rencontrent un tel succès que certains sites marchands (comme celui de Giant Microbes Inc) sont en rupture de stock. La société américaine produit également des poupées géantes Ebola et des éprouvettes Ebola... produits qui sont... eux aussi en rupture de stock!

• Le livre de prévention. Un livre intitulé Ebola Survival Handbook est également en bonne place sur les sites de commerce en ligne. Sur Amazon, l'ouvrage est désormais en troisième position des plus grosses ventes dans la catégorie «maladies et produits chimiques». Sur le même site, au moins 84 personnes ont écrit et publié des livres consacrés au virus durant les 90 derniers jours, selon le Washington Post.

• L'application qui géolocalise Ebola. Sur l'app store d'Apple, il est désormais possible de se procurer «l'Ebola tracker» pour 2,99 dollars. Cette application vous permet de localiser les malades atteints d'Ebola à travers le monde... et de vous donner un aperçu de la distance qui vous sépare de ces zones. Une application similaire dénommée Ebola Near Me, vous dispense le même service.

• Les décorations, vêtements, et ustensiles pour la maison. On trouve sur le web de multiples gadgets ayant une utilité chez soi, que ce soit pour décorer (bougies, décorations murales floquées du symbole représentant le virus...) ou pour l'hygiène (serviette pour les mains) voire... pour cuisiner (planches en bois à découper)! La fête d'Halloween approchant, on trouve même un costume Ebola (79,99 dollars). Vestimentairement parlant, on trouve aussi plusieurs modèles de t-shirts - dont certains se veulent humoristiques - sur le virus.

• Et maintenant, la série TV. L'épidémie d'Ebola gagne même le petit écran: les studios de la chaîne américaine Fox ont annoncé en grande pompe la production d'une série télévisée adaptée du best-seller The hot zone de Richard Preston, selon Hollywood Reporter. Le thriller, fondé sur des faits réels, raconte l'apparition du virus dans les années 1970-1990 en Afrique de l'ouest et son arrivée progressive aux États-Unis.

Comme en écho improbable à ces éléments, samedi, Barack Obama a demandé aux Américains de ne pas «céder à l'hystérie ou à la peur» face Ebola, les appelant à se baser sur les faits. «C'est une maladie grave, mais nous ne devons pas céder à l'hystérie ou à la peur, car cela ne fait que rendre plus difficile d'informer les gens avec précision», a-t-il dit. Plus tôt, l'OMS indiquait que plus de 4500 personnes étaient mortes du virus.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant