Kingsley Coman, l'ascension inattendue

le
0
Kingsley Coman, l'ascension inattendue
Kingsley Coman, l'ascension inattendue

Nouveau venu en équipe de France, Kingsley Coman a fait une belle impression lors de sa première sélection face à l'Allemagne. Le joueur du Bayern Munich gravit les échelons à une vitesse folle.

A seulement dix-neuf ans, Kingsley Coman possède déjà un CV digne d’un footballeur aguerri et expérimenté. Le PSG, la Juventus Turin (avec laquelle il a joué la finale de Ligue des Champions 2015) et le Bayern Munich ont accueilli le joueur natif de Paris. Son parcours n’est pas commun mais il reflète à merveille le tempérament d’un gamin qui n’a finalement peur de rien et qui aborde sa carrière sans complexe. Et pourtant, son petit gabarit (1m78, 71 kilos) dans un football moderne qui fait la part belle aux joueurs robustes et physiques aurait pu être un frein à ses rêves de grandeur. Mais aujourd’hui, Coman est bel et bien rentré dans le cercle fermé des internationaux français.

Un truc en plus que les autres 

Il y a moins de deux ans, personne n’aurait imaginé le voir vendredi soir sur la pelouse du Stade de France face à l’Allemagne alors qu’il quittait le PSG, son club formateur. Capable de jouer en pointe, dans un couloir, voire même au milieu quand il évoluait chez les équipes de jeunes, Coman était un joyau du club de la Capitale. Mais la mauvaise gestion de ce dossier de la part de la direction a finalement fait ses affaires, au grand dam de François Gil, son représentant. « Rabiot, Bahebeck, Ongenda, ils sont tous passés avant lui. Moi, je trouvais qu’il avait un truc en plus, il sentait le foot. Le PSG a formé un joueur qui joue en équipe de France, le travail a été bien fait », résume-t-il avec une pointe d'humour dans les colonnes de L’Equipe.

Pep Guardiola, son mentor

Face aux champions du monde en titre, Coman a démontré pourquoi Didier Deschamps avait fait appel à lui en équipe de France : percussion, vivacité, technique balle au pied sont les atouts du petit protégé de Pep Guardiola, qui a une confiance aveugle en son joueur. Pour preuve : ses douze matchs sous le maillot du Bayern Munich cette saison alors qu'il en avait disputé seulement vingt avec la Juventus. Au milieu des Robben, Lewandowski, Lahm et Müller, Kinglsey Coman ne fait pas tâche au sein de l'armada bavaroise. Et il le doit autant à son talent qu’à sa force mentale impressionnante pour un gamin âgé de 19 ans.

L'intention de tout casser 

« Quand on est dans un grand club, on joue de gros matchs et on gagne de l’expérience, ça aide. J’arrive avec l’intention de tout casser, déclarait-il lors de sa première convocation chez les Bleus. Je ne pense pas que la pression et l’attente soient plus fortes en équipe de France que dans les grands clubs comme le Bayern Munich Je sais ce que je veux et où je veux aller. » Les mots font mouche et sont suivis des actes sur le terrain, comme lors du second but des Bleus où il lance Matuidi en profondeur avant que Gignac ne trompe Neuer de la tête. Mardi soir face à l’Angleterre, Coman aura certainement l’occasion d’afficher de nouveau ses qualités sur la pelouse de Wembley et d’étaler cette forme d’insouciance qui le caractérise et qui lui sourit pour le moment.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant