Kingfisher vise la 1ère place en France avec Mr Bricolage

le
5
LE BRITANNIQUE KINGFISHER VEUT RACHETER MR BRICOLAGE POUR 275 MILLIONS D'EUROS
LE BRITANNIQUE KINGFISHER VEUT RACHETER MR BRICOLAGE POUR 275 MILLIONS D'EUROS

par Benjamin Mallet et Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kingfisher, propriétaire de Castorama et Brico Dépôt en France, est entré en discussions pour racheter Mr Bricolage, une opération qui ferait du groupe britannique le numéro un du marché français.

Un accord préliminaire non engageant a été signé mercredi avec les deux grands actionnaires de Mr Bricolage, ANPF (Association nationale des promoteurs du faites-le-vous-même, 41,9% du capital) et la famille Tabur (26,2% du capital) au prix de 15 euros par action, soit une prime de 12,2% sur le dernier cours coté de Mr Bricolage.

"Notre motivation, c'est de construire un groupe dont l'attractivité va être renforcée, qui va être leader en Europe et en France, avec une offre commerciale plus puissante et de meilleures conditions d'achat pour ses adhérents", a déclaré le PDG de Mr Bricolage, Jean-François Boucher.

Il estime qu'un rapprochement avec Kingfisher "préserverait la culture d'indépendance et de proximité qui fait la force du groupe" et assure qu'il ne menacerait en rien la situation de l'emploi. "Chacun conservera ses spécificités, ses sièges et ses fonctions support", a-t-il dit.

L'équipe de direction de Mr Bricolage serait confirmée dans ses fonctions actuelles et ses implantations locales maintenues.

Les discussions devraient durer environ trois mois, à l'issue desquels les autorités antitrust seront saisies.

L'opération, qui valorise Mr Bricolage à 275 millions d'euros (dont 118,3 millions de dette) pourrait être bouclée fin 2014 ou début 2015 mais dépendra du feu vert de l'Autorité de la concurrence qui examine, pour ce type d'activité, les zones de chalandise et non les parts du marché national.

CONCURRENCE

Avec une part de marché de 12%, Mr Bricolage occupe aujourd'hui la troisième place d'un marché évalué à 20 milliards d'euros, derrière Adeo (35%), propriété de la famille Mulliez (Leroy Merlin, Bricoman) et Kingfisher (34%).

En rachetant Mr Bricolage, le britannique, numéro un européen du secteur, détiendrait 45% du marché français, renforçant encore la concentration d'un secteur aux prises avec une consommation morose.

"Il y aura probablement des arbitrages à faire", a reconnu Jean-François Boucher, évoquant de possibles retraits d'enseignes d'adhérents au profit d'un statut "d'affilié sans enseigne".

Le président et fondateur de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier, s'est immédiatement élevé contre le projet de rapprochement entre Kingfisher et Mr Bricolage, dénonçant dans un communiqué un "coup dur pour le commerce de proximité" et "le renforcement d'un duopole au détriment des commerçants indépendants et notamment de Bricorama".

La cession des blocs détenus par ANPF et la famille Tabur serait suivie du dépôt par Kingfisher d'un projet d'OPA obligatoire, également au prix de 15 euros par action, visant l'ensemble des titres Mr Bricolage détenus par le public.

"C'est bon pour l'actionnaire. La prime est faible mais le titre est au plus haut depuis plus de deux ans et l'OPA est simple", commente un vendeur actions parisien.

Le titre est suspendu et sa cotation reprendra vendredi. L'action grimpe de 34% depuis le début janvier, après une hausse de 5% en 2013, pour une capitalisation de 139 millions d'euros.

A Londres, l'action Kingfisher prend quant à elle plus de 2%, signant de loin la plus forte hausse de l'indice sectoriel européen de la distribution (+0,28%).

Mr Bricolage, qui compte 809 points de vente sous enseignes et affiliés au 31 décembre 2013 en France, est aussi présent dans 10 autres pays avec 69 magasins.

Son PDG avait déclaré à Reuters début mars que le groupe espérait faire mieux que son marché, qui donne des signes de redressement après deux ans de baisse et pourrait être légèrement positif en 2014.

Le groupe a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 2,42 milliards d'euros, en baisse de 0,9%, et a vu son résultat opérationnel chuter de 29% à 22,1 millions d'euros, affecté par des coûts de restructuration de ses magasins et par l'accélération de son déploiement dans le commerce en ligne.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Gary.83 le jeudi 3 avr 2014 à 16:13

    on a aussi "François & Mano la bricole" ! si il pouvait les racheter !

  • M9974639 le jeudi 3 avr 2014 à 15:42

    Kingfisher est déjà propio de Castorama et Brico Dépôt

  • domin288 le jeudi 3 avr 2014 à 13:56

    Il est grand temps que Kingfisher disparaisse. Cette société est le Microsoft raté du Bricolage du temps de Windows Millenium.

  • domin288 le jeudi 3 avr 2014 à 13:54

    J'ai fuit Bricorama, catastrophisme pour allez me fournir chez Mr Bricolage. Bon restera encore Bricolex et Leroy Merlin ainsi que les petites quincailleries survivantes. Mais le problème, c'est que la concurence tant vantée disparait. Etrange effectivement

  • spanouc le jeudi 3 avr 2014 à 13:30

    275 M€ pour 809 points de vente ? 339K€ par point de vente ! Ce n'est même pas le prix du foncier ? Etrange !