King Kalle, le système Bayern

le
0
King Kalle, le système Bayern
King Kalle, le système Bayern

Avec Uli Hoeneß à ses côtés Karl-Heinz Rummenigge a changé la face du Bayern. Sous leurs ordres, le Rekordmeister est passé d'un cador européen respecté à un rouleau-compresseur au chiffre d'affaires faramineux.

500 millions de bénéfices annuels, 0 euro de dettes, un stade payé en neuf ans seulement, des boutiques partout dans le monde, un bureau aux States, des titres à faire craquer les armoires de la Säbener Straße... En l'espace de 25 ans, le FC Bayern Munich est passé d'un club important au palmarès chatoyant à une machine prête à dégommer tous ses adversaires et à ramasser les thunes. Certes Manchester United, le Real Madrid ou encore le FC Barcelone génèrent plus d'argent. Mais il ne faut pas se tromper. En ne vivant jamais à crédit, contrairement à ses concurrents européens, le FC Bayern Munich est bel et bien le club le plus riche du monde. "Nous n'allons jamais voir les banques pour demander un crédit, nous allons à notre propre stock de liquidités. Quand tu signes un chèque de 40M pour Javi Martinez, c'est de l'argent que tu as sur ton compte, du coup, tu peux très très bien dormir" avait résumé Uli Hoeneß en 2013, quelques jours avant se retrouver derrière les barreaux pour fraude fiscale. Derrière cette politique économique se cachent deux hommes, deux anciens joueurs du Bayern, Uli Hoeneß donc mais aussi Karl-Heinz Rummenigge. Si on parle moins du double Ballon d'Or lorsqu'on évoque le modèle Bayern, ce n'est pas parce qu'il a moins bossé que le vendeur de saucisses, mais parce qu'il est d'un naturel plus discret. "Je viens d'une des villes au climat le plus hostile d'Allemagne, Lippstadt. C'est sans doute pour ça que je ne suis pas très chaleureux, contrairement à Uli qui vient du sud et qui a un caractère très avenant, à l'image de la Bavière", théorisait Karl-Heinz Rummenigge à 11 Freunde en 2013.

Comment j'ai tué mon père


Pour devenir les maîtres incontestés du navire rouge et blanc, les deux compères ont d'abord dû se débarrasser du père du Bayern, Franz Beckenbauer lui-même. Pourtant, c'est bien le "Kaiser" qui a mis en place Rummenigge. En 1991, alors président du Bayern, il est conscient qu'il faut innover à la tête du club, après une saison désastreuse (dixième place en Championnat). Il installe l'ancien attaquant comme vice-président du club bavarois. En 2002, après dix ans de succès sportifs mais aussi économiques, il devient président, lorsque la formation munichoise choisit de passer en société anonyme. Très vite, il devient un responsable…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant