Kim Jong-un prend la tête de l'armée nord-coréenne

le
0
KIM JONG-UN PREND LA TÊTE DE L'ARMÉE NORD-CORÉENNE
KIM JONG-UN PREND LA TÊTE DE L'ARMÉE NORD-CORÉENNE

par Jack Kim

SEOUL (Reuters) - Kim Jong-un a consolidé son pouvoir en Corée du Nord en étant nommé maréchal de l'armée, le plus haut grade dans ce pays pauvre et isolé mais comptant 1,2 million de militaires.

La décision a été prise mardi et annoncée mercredi par les médias officiels nord-coréens. Elle survient juste après la mise à l'écart du vice-maréchal Ri Yong-ho, qui était jusqu'à présent la plus haute personnalité de l'armée.

Cette promotion parachève la prise de contrôle de l'appareil d'Etat et de l'armée par Kim Jong-un.

Ce jeune homme n'ayant probablement pas 30 ans a succédé à son père Kim Jong-il, décédé en décembre, à la tête du régime communiste autarcique au pouvoir à Pyongyang. Depuis, il s'est employé à asseoir son autorité fondée en premier lieu sur son ascendance, son grand-père Kim Il-sung, fondateur du régime, étant toujours vénéré comme le président éternel du pays.

"Le culte de la personnalité qui entoure la famille Kim a été vraiment orienté vers Kim Jong-un", a déclaré mardi à Séoul Daniel Pinkston, expert au sein de l'International Crisis Group de retour d'un voyage en Corée du Nord.

Déjà chef du Parti des travailleurs de Corée et premier président de la commission nationale de Défense, Kim Jong-un vient de s'installer à la tête de l'armée en l'espace de deux jours.

Il a d'abord limogé dimanche Ri Yong-ho, considéré comme un proche de son défunt père, puis il a procédé à la promotion au grade de vice-maréchal d'un officier peu connu, Hyon Yong-chol. La troisième étape a eu lieu mardi avec sa propre désignation au grade de maréchal.

Pour les experts de la Corée du Nord, ces initiatives traduisent davantage un renouvellement de la hiérarchie militaire qu'une évolution profonde du régime.

En quelques mois, Kim Jong-un a tout de même imprimé un nouveau style, en apparence plus décontracté, à défaut de fournir des signes tangibles de changements profonds dans un pays suscitant la crainte de ses voisins avec son programme nucléaire.

Une fois terminée la période de deuil après la mort de son père, on a pu voir Kim Jong-un rire en compagnie de généraux âgés, manifester son plaisir lors d'un défilé militaire et, plus surprenant encore, s'exprimer en public alors que beaucoup de Nord-Coréens sont morts sans avoir jamais entendu la voix de Kim Il-sung, décédé en 1994.

Avec Kim Jong-il, la Corée du Nord a connu une grave famine dans les années 1990 et elle est devenue la cible de sanctions internationales en raison de son programme d'armement nucléaire.

Avec Ju-min Park, Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant