Kiev s'acharne contre Ioulia Timochenko

le
0
Le maintien en prison de l'ex-premier ministre empoisonne la préparation de l'Euro 2012 de football.

De notre envoyée spéciale à Kiev

Entre de mauvaises mains, la justice s'avère une arme redoutable. Ioulia Timochenko en fait l'amère expérience. En novembre, l'ancienne premier ministre et égérie de la «révolution orange» fêtera ses 52 ans. Peut-être dans la prison de Katchanovska, à Kharkov, une ville de l'est du pays, où elle est enfermée depuis déjà neuf mois, clouée au lit par une hernie discale qui nécessite une intervention chirurgicale sujette à polémique. Ioulia Timochenko pose ses conditions: se faire soigner par les médecins qu'elle aura elle-même choisis. La semaine dernière, après avoir été hospitalisée de force pendant vingt-quatre heures à l'hôpital de Kharkov, elle a entamé une grève de la faim pour protester contre les sévices qu'elle dit avoir subis, ligotée et frappée parce qu'elle se débattait. Que craint-elle? Selon l'un de ses proches, Grégory Nemyria, vice-président de sa formation politique Batkivchtchina (Patrie), «sans l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant