Kiev craint une prochaine offensive rebelle sur Marioupol

le
0

par Natalia Zinets et Anton Zverev KIEV/SAKHANKA, Ukraine, 21 février (Reuters) - L'armée ukrainienne a déclaré samedi se préparer à l'éventualité d'une attaque rebelle contre la ville portuaire de Marioupol, en expliquant que les séparatistes prorusses d'Ukraine étaient en train d'amasser des troupes et des armes dans la région. Kiev a accusé vendredi la Russie d'envoyer des renforts de chars et d'hommes à Novoazovsk, une ville tenue par les séparatistes située à 40 kilomètres à l'est de Marioupol au bord de la mer d'Azov, une zone dans laquelle pourrait s'ouvrir un nouveau front. Une attaque contre Marioupol, une ville d'un demi-million d'habitants susceptible d'assurer aux rebelles une liaison maritime aisée vers la Crimée, annexée l'an dernier par Moscou, signerait certainement l'arrêt de mort du cessez-le-feu conclu à Minsk, en Biélorussie, la semaine dernière à l'initiative de la France et de l'Allemagne. Cette trêve, entrée en vigueur dimanche dernier, a déjà été enfreinte à de multiples reprises, notamment avec la prise mercredi par les séparatistes de la ville de Debaltseve, un important noeud ferroviaire de l'est de l'Ukraine. Marioupol est la plus importante ville encore sous contrôle du pouvoir central ukrainien dans les deux provinces rebelles. Andriy Lissenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, n'a pas évoqué spécifiquement samedi les mouvements de chars et de troupes russes mais il a dit que les séparatistes commettaient en permanence des actes de sabotage et d'espionnage pour tester la défense de l'armée régulière. "L'adversaire est en train d'amasser des équipements militaires, des armes et des combattants dans la région de Marioupol, dans l'éventualité d'une offensive contre elle", a-t-il déclaré à la presse. "SABOTEURS" "Il envoie de petits groupes de saboteurs presque chaque nuit. On peut observer les activités de l'ennemi autour de Novoazovsk, où des équipements militaires, des troupes et des munitions sont en train d'être amassés", a ajouté Andriy Lissenko. Un soldat ukrainien a été tué et 40 autres blessés dans les combats dans l'est du pays au cours des 24 dernières heures, a-t-il précisé. Des rebelles ont déclaré à une équipe de Reuters à Sakhanka, à mi-chemin entre Marioupol et Novoazovsk, que l'une des routes de la région avait été fermé "à cause des combats". Les journalistes n'ont toutefois entendu aucun tir dans la zone. Des séparatistes ont installé une base dans un lotissement de Bezimenne, où se trouvent plusieurs dizaines de combattants bien armés, dont certains portaient des uniformes arborant des badges et insignes de l'armée russe. Aucun signe de l'arrivée récente de chars ou de troupes en masse dans la région n'était visible mais quelques camions militaires circulaient sur la route de Novoazovsk à Marioupol et un véhicule blindé était arrêté dans une forêt proche de la route côtière. A Bezimenne, un combattant rebelle se faisant appeler "Boxer" a réfuté les allégations de Kiev sur l'envoi de chars et de troupes russes dans la région. "Ce ne sont que des mensonges. Les seules personnes qui se battent ici, ce sont des mineurs, des conducteurs de tracteurs et des ouvriers agricoles", a-t-il dit. Il a assuré que les rebelles respectaient l'accord de Minsk et qu'ils avaient retiré leur artillerie lourde de la région de Marioupol. (Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant