Kiev a peut-être trouvé un moyen de libérer Nadia Savtchenko des geôles russes

le , mis à jour à 01:22
0

Les présidents russe et ukrainien Vladimir Poutine et Petro Porenchenko se sont entretenus par téléphone de leurs prisonniers respectifs, a annoncé lundi soir le Kremlin. Une conversation qui pourrait être de bon augure pour la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko. En journée, la justice ukrainienne a condamné à 14 ans de prison deux militaires russes présumés, reconnus coupables d'avoir combattu aux côtés des rebelles contre l'armée ukrainienne dans l'Est séparatiste du pays.

Kiev voyait là la possibilité d'un échange de prisonniers et n'a pas eu tord. D'un côté, les deux Russes et de l'autre la pilote d'hélicoptère ukrainienne condamnée fin mars à une peine de 22 ans de prison pour complicité de deux meurtres. Elle a, selon la justice russe, guidé les tirs de mortier qui ont tué les deux journalistes russes dans l'Est de l'Ukraine. Elle est en grève de la faim, selon ses proches, son état est très grave. Les négociations semblaient entamées lundi soir.

Le jury, composé de trois juges, a reconnu le capitaine Evgueni Erofeïev et le sergent Alexandre Alexandrov «coupables» notamment d'avoir mené «une guerre d'agression» contre l'Ukraine et d'avoir commis un «attentat terroriste», a annoncé un des magistrats dans la salle d'audience.

VIDEO. Ukraine: 14 ans de prison pour deux militaires russes

Kiev les accuse de faire partie des services de renseignements

Les Ukrainiens assurent qu'ils sont des soldats d'active de l'armée russe, preuve, selon Kiev, de la présence de troupes russes dans la zone de conflit dans l'est du pays. Moscou, qui n'a cessé de démentir tout déploiement de son armée en Ukraine, assure qu'ils ont quitté l'armée russe en décembre 2014, plusieurs mois avant de venir en Ukraine.

La condamnation des deux hommes, présentés par Kiev comme appartenant au GRU, les services de renseignements de l'armée russe, pourrait ouvrir la voie à leur éventuel échange contre Nadia Savtchenko. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant