Kidzania, le parc d'attractions qui divise les parents

le
0

Cette chaîne de parcs s'apprête à ouvrir à Londres en 2015 et pourrait s'implanter à Paris. Elle permet aux 5-15 ans de découvrir le monde du travail et celui des marques.

Avec pas moins de 31 millions de visiteurs reçus dans ses 16 parcs installés à travers le monde, Kidzania aime se voir comme l'une des marques leader de l'edutainement, ce mélange d'éducation et de loisirs. Né de l'idée d'un entrepreneur mexicain en 1999, Kidzania propose aux enfants d'organiser une ville à leur échelle avec une multitude de services et d'entreprises à faire fonctionner. Une ville où l'on découvre le monde du travail, où l'on est payé en monnaie factice (le kidzos) et où les marques sont omniprésentes.

Après s'être implanté au Mexique, en Corée, au Portugal ou à Dubaï, cette chaîne de parcs débarque à Londres dans quelques mois, en attendant une éventuelle ouverture française. Comme son homologue portugais, le parc londonien sera implanté sur une importante surface (7000 m2) au sein d'un vaste centre commercial. Pendant que les parents feront leurs emplettes, les enfants se verront remettre quelques kidzos avant de pouvoir choisir parmi 60 métiers celui qu'ils vont pouvoir exercer par sessions de 25 minutes à chaque fois.

Les grandes marques ont la part belle

Aux côtés des traditionnelles casernes de pompiers ou de l'aéroport et de l'hôpital à faire fonctionner, les grandes marques ont la part belle et représentent plus de la moitié des activités proposées. Ainsi, les livreurs de colis sont aux couleurs de DHL, le garage est orchestré par Renault, la boutique de vêtements dispense les bons conseils de l'académie H & M, etc. Du côté des responsables du parc, on explique que tout cela permet plus de réalisme et correspond au quotidien des enfants. Surtout, le succès de ces parcs est rendu possible par le financement de ces sponsors. Raison pour laquelle certains parents restent dubitatifs même si cette approche précoce du monde du travail est parfois appréciée. D'autres y voient une illustration mièvre du capitalisme triomphant avec un joyeux plein emploi et une incitation à la consommation.

«Les parcs d'attractions, c'est l'univers du rêve, estime Céline mère de deux enfants de 7 et 11 ans. Pas la peine de les assommer avec du marketing et ce genre de simulations pas très amusantes.» De son côté, Christian dont le fils a visité le parc de Lisbonne se montre enthousiaste. «C'est une bonne approche pour montrer ce qu'est la vraie vie, le travail, tester de multiples activités et prendre conscience que l'argent est bien utile pour profiter de la vie.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant