Khodorkovski se battra pour les autres «prisonniers politiques» en Russie

le
0
Khodorkovski se battra pour les autres «prisonniers politiques» en Russie
Khodorkovski se battra pour les autres «prisonniers politiques» en Russie

Mikhail Khodorkovski, l'ex-magnat russe, gracié ce jeudi par le président Vladimir Poutine, a donné ce dimanche sa première conférence de presse en Allemagne. Symboliquement, il avait choisi de s'exprimer au musée consacré au mur de Berlin, à deux pas du «checkpoint Charlie», le poste frontière qui, lors de la Guerre froide, permettait de franchir le mur qui divisait la capitale allemande entre l'Ouest et l'Est.

L'ex-président de Ioukos est arrivé détendu devant un parterre de journalistes. «Je ne peux pas entrer dans les détails de ma libération, j'ai encore des amis emprisonnés en Russie», a expliqué d'emblée l'ex-détenu. Après avoir remercié les acteurs de sa libération dont «la chancelière Angela Merkel», Khodorkovski a assuré être «reconnaissant envers les hommes politiques et leurs pays (qui l'ont soutenu).» Et d'ajouter : «J'espère qu'ils n'auront pas de problèmes».

Compatissant envers tous les autres «prisonniers politiques injustement emprisonnés», Khodorkovski a assuré qu'il ferait «tout ce qui est en (son) pouvoir pour qu'il n'y ait plus de prisonnier politique». «Je ne suis pas le dernier prisonnier politique !», a-t-il insisté. Comme pour rassurer le président russe, Mikhail Khodorkovski a répété qu'il «n'avait pas l'intention de renouer avec la bataille pour le pouvoir». Sur ses projets, il est d'ailleurs resté évasif. L'homme a désormais un visa d'un an en Allemagne mais estime qu'il lui faut du temps pour décider, comme il l'a souligné, il n'a eu «que 36 heures» depuis sa libération.

Il clame son innocence

Khodorkovski a enfin clamé une nouvelle fois son innocence, assurant que sa demande de grâce envers Vladimir Poutine n'avait rien à voir avec une reconnaissance de culpabilité. «Reconnaître mes crimes n'était pas possible, on m'a accusé de fraude fiscale, d'avoir volé du pétrole ... Je ne pouvais pas l'accepter», a-t-il expliqué. Il a assuré que son destin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant