Khartoum : disparition d'Hassan al-Tourabi, "pape noir du terrorisme"

le
1
Hassan al-Tourabi, à l'occasion d'une rencontre avec Le Point à Khartoum.
Hassan al-Tourabi, à l'occasion d'une rencontre avec Le Point à Khartoum.

Disparu à l'âge de 84 ans samedi 5 mars, Hassan al-Tourabi, dirigeant des Frères musulmans soudanais, est à l'origine du coup d'État militaire qui a porté au pouvoir en 1999 le général Omar Hassan el-Bachir (un pouvoir que ce dernier n'a jamais quitté depuis). Il inaugure aussitôt un régime de terreur où purges et exécutions se succèdent. La torture est généralisée, les opposants disparaissent dans les « ghost houses », les villas fantômes des services secrets. Auteur d'une thèse à la Sorbonne sur « les pouvoirs de crise, dans les droits anglo-saxons et français comparés », Hassan al-Tourabi se rêve alors en leader du monde musulman. En 1991, il organise à Khartoum la première Conférence populaire islamique, réunissant le Who's Who du djihad sur les bords du Nil.

Imaginez la Jama'at-i Islami pakistanaise devisant tranquillement avec le Front islamique du salut (FIS) algérien, le Djihad islamique de l'Égyptien Ayman al-Zawahiri, futur responsable d'Al-Qaïda, le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais ! Car Hassan al-Tourabi entend réunir sunnites et chiites afin de « défier l'Occident tyrannique ». Autre personnalité conviée à cette Conférence populaire islamique, l'intellectuel suisse d'origine égyptienne, Tariq Ramadan, petit-fils d'Hassan al-Banna, le fondateur des Frères musulmans égyptiens.

Il vend Carlos à la France

Le Soudan...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9390997 le lundi 7 mar 2016 à 14:16

    Comme Pol Pot qui a aussi fait la Sorbonne