Khameneï met en garde contre les intentions de l'Occident

le
3
    ANKARA, 26 mai (Reuters) - Le guide suprême de la Révolution 
iranienne, l'ayatollah Ali Khameneï, a adressé une mise en garde 
contre la "guerre molle" menée par l'Occident qui cherche à 
affaiblir l'autorité religieuse iranienne, rapporte jeudi la 
télévision d'Etat iranienne. 
    "Nos responsables et toutes les institutions doivent rester 
vigilants devant la guerre molle de l'Occident contre l'Iran 
(...), l'ennemi veut affaiblir le système de l'intérieur", a dit 
Ali Khameneï lors d'une réunion avec des membres de l'Assemblée 
des experts, a la haute main sur la désignation et la 
destitution du guide suprême. 
    "En installant des centres de pouvoirs en Iran, il sera aisé 
d'attaquer les institutions de l'intérieur", a-t-il dit. 
    "Le seul moyen d'atteindre les objectifs de la Révolution, 
c'est de maintenir l'unité nationale et de ne pas obéir à 
l'ennemi." 
 
 (Parisa Hafezi,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 18219615 le jeudi 26 mai 2016 à 13:53

    Vive la Perse Québécoise libre ...

  • charleco le jeudi 26 mai 2016 à 13:33

    Les USA tentent par tous les moyens d'affaiblir l'Iran, car c'est un pays fort au moyen orient. Ce que dit Khameneï correspond à la réalité : l'Iran est confronté aux manigances des USA et il prend les devants en mettant le peuple au parfum. L'Iran est l'ancienne Perse, il ne faut pas succomber à la désinformation étasunienne.

  • glitzy le jeudi 26 mai 2016 à 13:09

    "La guerre molle", c'est probablement les medias occidentaux disponibles par tous les canaux qui montrent à le jeunesse iranienne la vie qu'ils pourraient avoir sans ces théocrates, qui ne sont pas seulement moyenâgeux dans leur système de pensée, mais une caste quasi-noble qui vit et s'enrichit sur le dos du pays. Malheureusement, ils ont tellement bien verrouillé les centres du pouvoir (avec leur garde prétorienne, la Garde révolutionnaire) que je ne vois comment le peuple s'en débarrasserait.